École en mode décentralisé : une série de formations des acteurs en cours

0
214

Le Projet USAID/Mali Sira et le Programme d’appui à la gouvernance locale (Mali SNGP) en partenariat avec la Cellule d’appui à la déconcentration-décentralisation de l’éducation (CAD/DE) du ministère de l’Education nationale, organisent, depuis hier, une série de formations à l’intention des maires, secrétaires généraux et membres des commissions éducatives sur la gestion de l’école en mode décentralisé.
L’objectif de la rencontre était de mettre ensemble les expertises afin de gérer efficacement les ressources pour la durabilité des actions. La gestion de l’école en mode décentralisé est un élément important de la Politique de décentralisation.
Les commissions éducatives communales sont les chevilles ouvrières, en termes de coordination, d’élaboration et mise en œuvre des actions de développement pour assurer la qualité de l’éducation au niveau local. C’est ainsi que les deux projets ont décidé de s’investir ensemble pour renforcer les compétences des acteurs des collectivités territoriales.
Les formations s’étendront jusqu’au 8 août 2019 dans les zones d’intervention du programme : Koulikoro, Sikasso, Ségou et Bamako, et concernent 2.400 participants de 329 communes. Elles se focalisent sur les différentes responsabilités et activités de USAID/Mali SIRA en appui à la lecture-écriture dans son volet communautaire.
Les compétences transférées en matière d’éducation, les rôles et responsabilités des commissions éducatives, la planification sectorielle, l’élaboration d’un programme de développement éducatif communal (PDECom), la promotion de l’enseignement-apprentissage de la lecture-écriture sont les modules de formation.
Ces formations, soutient le représentant du maire de la Commune III, Abdoulaye Doumbia, ne sont pas à négliger pour les collectivités territoriales. Elles permettront de renforcer suffisamment nos capacités afin de gérer au mieux l’école qui reste au cœur des préoccupations.
La directrice du Projet USAID/Mali SIRA, Mme Thelma Khelghati, a reconnu que dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités son projet est obligé de travailler en étroite collaboration avec les comités de gestion scolaire (CGS). « Un bon citoyen passe obligatoirement par une bonne éducation. Le terreau de cette dernière est le cadre scolaire. Avec ses partenaires USAID/Mali SIRA œuvre inlassablement à donner une meilleure base à nos enfants », rassure-t-elle. Mme Thelma Khelghati a aussi déclaré que son projet s’attèle à atteindre cet objectif dans 4.000 écoles de 10 Académies d’enseignement, 56 Centres d’animation pédagogique (CAP), 20 instituts de formation des maîtres avec plus de 600.000 élèves bénéficiaires. Le chef d’équipe éducation de l’USAID, Amadou Traoré, a salué la belle initiative et invité les participants à suivre avec intérêt les modules enseignés.
Le directeur général adjoint des collectivités territoriales, Dramane Guindo, a relevé l’urgence et la nécessité de doter les maires, secrétaires généraux et membres des CEC de compétences pour la réalisation de leur rôle.
Rappelons que le Projet USAID/Mali SIRA vise à améliorer la qualité de l’enseignement-apprentissage de la lecture-écriture des élèves de 1re et 2e années dans les écoles publiques et communautaires des régions de Koulikoro, Sikasso et Ségou ainsi que du district de Bamako.
Sidi Y. WAGUÉ

Laisser une réponse