École normale supérieure : La bonne cadence

0
92

L’Ensup a opéré sa mue, conformément au système Licence, Master, Doctorat (LMD)

L’école normale supérieure de Bamako (Ensup) a tenu, jeudi dernier, dans ses locaux, la 6è session ordinaire de son conseil d’administration. La réunion était dirigée par le représentant du ministre de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Augustin Poudiougo, en présence du directeur général de l’Ensup, Dr Diola Konaté et du directeur des études de l’établissement, Douga Nassoko. La session a été l’occasion pour les administrateurs, d’approuver le rapport annuel d’activités de l’établissement supérieur de formation des pédagogues et les états financiers pour l’année scolaire 2018-2019, mais aussi de se prononcer sur le budget prévisionnel de l’année 2020. Les administrateurs étaient aussi appelés à délibérer sur toutes questions relatives à l’organisation des programmes de formation, de perfectionnement et de recherche et d’adopter les programmes d’activités, d’investissements, entre autres.

L’école normale supérieure se propose d’améliorer la formation continue, de relancer le projet Campus rive gauche. En outre, l’établissement ambitionne de relancer les activités de la revue : « Les Cahiers de l’Ensup », de redynamiser le projet Mali-Maths, de renforcer le cadre partenarial pour une plus grande visibilité des actions académiques et pédagogiques. Le représentant du ministre a rappelé que l’école normale supérieure de Bamako a été créée en 1963. Les missions de l’établissement, selon lui, ont été redéfinies en 2000 et en 2010 suivant l’ordonnance N°10-026/p-RM du 4 août 2010, pour prendre en compte la création de l’Université de Bamako et l’évolution des statuts. Pour Augustin Poudiougo, l’Ensup comprend présentement deux filières : une filière de formation des professeurs d’enseignement secondaire et une filière de formation des professeurs de l’enseignement normal. Il a aussi précisé qu’à l’instar d’autres universités et grandes écoles du pays, l’Ensup a tout mis en œuvre pour opérer sa mue, conformément au système Licence, Master, Doctorat (LMD).
L’établissement supérieur de formation comporte, en termes de ressources humaines, du personnel enseignant permanent au nombre de 106, dont 6 professeurs de rang A, du personnel technique et administratif (52 agents) et du personnel contractuel. Le directeur général de l’établissement supérieur de formation des pédagogues a fait un tour d’horizon de l’activité de l’année universitaire 2018-2019. Selon lui, il y a eu à la relecture des textes, notamment des projets de lois et de décrets mais aussi sur le plan stratégique avec des maquettes de formation (une décision de la tutelle). Deux blocs ont été réhabilités et la bibliothèque aussi a bénéficié d’un important lot de documents scientifiques, didactiques et littéraires. Il a également précisé que les bureaux et classes ont été dotés de matériels didactiques adéquats. Le directeur de l’Ensup a expliqué qu’au cours de l’année scolaire 2018-2019 toutes les échéances ont été respectées à savoir : les deux semestres ont été tenus, toutes les activités pédagogiques ont également été exécutées. Diola Konaté a aussi indiqué que les cours, les évaluations, les sessions de rattrapage, les soutenances de mémoires et les stages ont été exécutés en temps normal. Pour l’année 2020, le budget prévisionnel de l’Ensup est équilibré en recettes et en dépenses à un peu plus de 2, 187 milliards de Fcfa.

Amsatou Oumou TRAORÉ

Laisser une réponse