Économie : 667 milliards de FCFA de titres émis en 2019

0
409

Le Premier ministre entouré des lauréats des prix et des officiels

Le ministre de l’Économie et des Finances, Boubou Cissé a présidé, hier la cérémonie de lancement du calendrier d’émission des titres publics de l’année 2020. On notait la présence à la rencontre du directeur de l’Agence UEMOA Titres, Adrien Diouf et du directeur national du trésor et de la comptabilité publique, Sidi Almoctar Oumar. Les titres publics, faut-il le rappeler, désignent les bons et les obligations du Trésor qui sont émis par l’État à l’endroit des investisseurs en vue de faire face à leurs besoins de financements, s’il y a une situation de déficit budgétaire. Il s’agit des emprunts, matérialisés sous forme de titre et lorsque le titre est à court terme, on parle de bon de trésor. En revanche, s’il est à moyen ou long terme, on parle d’obligation du trésor.
Ainsi, pour cette année, le montant total des titres émis pour financer les investissements nécessaires à la croissance et le développement économique de notre pays s’élève à 667 milliards de Fcfa. Ce montant sera mobilisé à travers 22 émissions de titres, dont 6 en bons du trésor et 16 en obligations du Trésor. Au total, 122 milliards de Fcfa devraient être mobilisés pour les bons du trésor, contre 545 milliards de Fcfa pour les obligations du trésor.
Par ailleurs, il faut noter qu’au titre de l’année 2020, le Mali procédera à des remboursements en capital d’environ 403 milliards de Fcfa. Le Premier ministre a indiqué que le cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable 2019-2023 prévoit une croissance économique moyenne de 6,5%, précisant que cet objectif de croissance sera mené à bien, à travers le développement de l’industrialisation, la diversification des leviers de croissance et la diminution de la dépendance de l’économie vis-à-vis du secteur primaire vulnérable aux chocs externes.
Dr Boubou Cissé a ajouté que cette croissance sera aussi dominée par des secteurs comme l’électricité, l’eau, l’agro-alimentaire et les bâtiments et travaux publics. Selon le chef du gouvernement, ces performances seront liées à la mise en œuvre des réformes du secteur coton, aux investissements prévus pour les infrastructures, les aménagements hydro-agricoles, l’électrification. Pour l’année 2019, l’État du Mali, à travers la direction nationale du trésor et de la comptabilité publique a obtenu des résultats satisfaisants, a souligné le Premier ministre. «Sur une prévision de 520 milliards de Fcfa, notre pays a mobilisé environ 544 milliards de Fcfa», dira-t-il, en rappelant aussi que le Mali s’est fait noter à l’échelle nationale et internationale par la mention B à long terme et A3 à court terme, avec perspectives stables.
Le directeur de l’agence UEMOA Titres, Adrien Diouf a exprimé sa gratitude au gouvernement du Mali d’avoir associé l’institution financière à ce programme d’émission des titres de l’année 2020. «Les besoins en financements des États membres de l’UEMOA impliquent plusieurs programmes de développement et nécessitent la mobilisation des ressources financières conséquentes. Face à ces défis, il faut prendre appui sur l’ensemble des financements, qu’ils soient concessionnels ou commerciaux, souscrits sur les marchés internationaux ou nationaux, issus des assurances bancaires ou de l’émission des titres», a-t-il expliqué.

Adrien Diouf dira que le Mali s’inscrit dans une dynamique de mise en œuvre des meilleures pratiques, en termes de politique d’émissions des titres à travers la mise en place d’une information de qualité à destination des investisseurs et de la population. Le directeur de l’agence UEMOA Titres note aussi une relation régulière avec les investisseurs, la transparence à travers l’adhésion à la double politique de notation au niveau international et régional. «Autant de bonnes pratiques qui, insistera-t-il, ont permis au Mali de maintenir ces résultats satisfaisants, avec un taux de couverture de ses opérations qui ont atteint un niveau record de 243% en 2019. Le choix assumé par l’État malien de faire confiance au marché multi-public lui a permis de faire de nombreuses réalisations».
Quant au directeur national du trésor et de la comptabilité publique, Sidi Almoctar Oumar, il s’est réjoui de la présence à la rencontre de nombreux partenaires que sont les banques et les assurances. Il a rappelé que la mission du trésor est d’alimenter les caisses de l’État et de financer les politiques publiques, à travers un calendrier décliné en semaines.
À l’issue de la cérémonie, des prix ont été décernés à trois institutions bancaires qui ont été aux côtés de l’État malien. Le premier prix est revenu à Ecobank, le deuxième à la BDM-SA et le 3è à Coris Bank.
Lassana NASSOKO

Laisser une réponse