Économie numérique : Des jeunes talents exposent leur savoir-faire

0
232

Les rideaux sont tombés, lundi dernier, sur Hackhaton «code-moi dans 10 jours». Cette initiative est un séminaire de concours et de formation sur le développement d’application entre programmeurs maliens et leurs homologues venus de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Togo.
La clôture de ce forum sous-régional, organisé par la startup de service en ingénierie informatique, Codesign, en partenariat avec l’Agence des technologies de l’information et de la communication (Agetic), a eu lieu lundi dans un hôtel de la place. C’était sous la présidence du représentant de la ministre de l’Economie numérique et de la prospective, Abdoul Malick Diallo.
Etaient présents le directeur général de l’Agetic, Hamed Salif Camara et la fondatrice de Codesign, Aïchatoun Amadou Touré.
Ce séminaire a, durant dix jours, mis neuf équipes en compétition, retenues sur une cinquantaine de candidatures déposées par des programmeurs. Les équipes ont développé des applications mobiles et/ou web. Chacune devant apporter une solution aux différents problèmes de l’Afrique de l’Ouest en particulier et de l’Afrique en général.
Ce, dans les domaines comme la santé, l’éducation, les finances, l’économie, le multimédia, l’agriculture, la géolocalisation, la sécurité. Pour les besoins de l’organisation, un camp a été installé où les équipes ont développé leurs applications respectives.

A l’issue de la compétition, «Pocket school», un projet présenté par l’équipe du Faso, a remporté le premier prix. Ce projet est une plateforme web et mobile ayant pour but de rehausser le niveau des élèves, à travers des outils de management d’établissement, de monitoring en temps réel et d’apprentissage. Toute chose qui devra être bénéfique pour les établissements scolaires et les parents.
Au nom de son équipe, Zida Joseph, s’est dit très heureux d’avoir remporté ce premier prix.
«Nous avons tenu à venir ici pour exposer nos talents non pas pour le prix, mais pour montrer qu’en Afrique nous pouvons avoir des capacités. Nous avons été surpris de rencontrer des équipes de haut niveau et nous nous en réjouissons», a-t-il souligné.
Le deuxième prix est revenu à l’équipe ivoirienne grâce à son projet Aladje. Application mobile d’assistance et de conseil pour femmes enceintes visant l’amélioration de la santé nutritionnelle, elle prévient les maladies telles que l’anémie qui est l’une des causes de décès maternelles.
Le troisième prix a été attribué à notre pays. L’équipe malienne a développé «Keneya Bloni», une application mobile qui vise à réunir en une seule et même plateforme l’ensemble du corps médical pour échanger, s’entraider autour de problèmes de santé. Grâce à ce projet, les patients peuvent aussi exposer leurs problèmes de santé sur la plateforme, tout en gardant l’anonymat. Les abonnés à la plateforme peuvent également discuter des diagnostics, des traitements sur les cas postés. S’exprimant au nom de notre équipe, Namakan Keïta a dit : «Il est mieux que nous connaissions nos problèmes locaux, afin de trouver des solutions locales appropriées». Ajoutant que notre pays regorge de talents qui ne demandent qu’à être soutenus.

Intervenant en marge de cette cérémonie de clôture, le directeur général de l’Agetic s’est dit heureux de la réussite de ce concours. «C’était au-delà de nos attentes. Nous sommes très fiers d’avoir lancé ce projet. Nous espérons que ces jeunes qui sont l’avenir de notre continent, continueront à se battre et à développer des applications adaptées aux besoins de nos populations», a invité Hamed Salif Camara.
Il a rappelé que l’objectif était de stimuler cet engagement chez ces jeunes pour leur faire prendre conscience qu’ils sont capables de développer des projets profitables à nos populations. «Nous allons donc mettre en place un comité de suivi pour que ce qui a été présenté aujourd’hui puisse être véritablement réalisé demain», a-t-il rassuré.
Pour sa part, la fondatrice de Codesign a, tout en saluant les efforts de l’exécutif national, promis de continuer à suivre les neuf projets jusqu’à ce qu’ils arrivent à concrétiser leurs idées de projet d’application.
«Il y a beaucoup d’espoir. Le gouvernement à travers l’Agetic, a cru en notre startup. Je peux dire avec espoir et fierté que les startups dans notre pays ont un très bel avenir», a reconnu Aïchatoun Amadou Touré.
A ce propos, le représentant de la ministre de l’Economie numérique et de la Prospective a rappelé que la mission du gouvernement est d’appuyer les startups et améliorer l’environnement du numérique.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse