Élection du patron des patrons du Mali : La controverse continue

0
161

Le bras de fer pour la présidence du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) continue. C’est le moins que l’on puisse dire, après l’assemblée générale élective organisée hier par le président sortant, Mamadou Sinsy Coulibaly et ses partisans. En effet, l’organisation de cette assemblée générale intervient après celle qui a eu lieu le 26 septembre dernier et qui a porté à la tête du conseil Diadié dit Amadou Sangaré.

Le camp Mamadou Sinsy Coulibaly n’a pas participé à l’assemblée du 26 septembre et comme il fallait s’y attendre, Diadié dit Amadou Sangaré et ses partisans ont fait de même, en boycottant l’assemblée organisée hier par le bureau sortant.
Dès 7 heures hier, des commerçants détaillants, partisans de Diadié dit Amadou Sangaré, ont pris d’assaut le siège du CNPM, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «CNPM : les commerçants détaillants disent non aux élections du 8 octobre» ou encore Diadié, président du CNPM».

Les contestataires faisaient des aller et retour devant la porte du CNPM avec leurs banderoles en scandant «Diadié président…Diadié président». Au même moment, les délégués et les invités convergeaient vers la salle de conférence du CNPM. Dans la salle, des policiers ont été déployés pour assurer la sécurité. «Nous ne sommes pas d’avis par rapport à cette élection. Nous sommes là pour observer, mais également pour dénoncer l’acte que l’ancien président est en train de poser en organisant une deuxième assemblée générale, c’est une violation des textes du CNPM», nous a confié Moussa Sacko, le secrétaire général du syndicat de l’Association des commerçants voyageurs du Mali et de la diaspora malienne, non moins membre du Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (Synacodem).

Selon lui, l’assemblée générale du 26 septembre dernier a été organisée «dans la transparence totale et l’élection de Diadié dit Amadou Sangaré ne souffre d’aucune contestation». Et le syndicaliste d’accuser Mamadou Sinsy Coulibaly de «violer les textes que lui-même a élaborés». «Il faudrait que les autorités prennent leurs responsabilités sur ce dossier et tranchent pour qu’on sache qui a raison», a plaidé Moussa Sacko.

Mme Berthé Minian Bengaly, la présidente de la Fédération nationale des consultantes du Mali, bat en brèche les arguments de Moussa Sacko. Elle soutient que la convocation de l’assemblée générale par le bureau sortant «est en parfaite harmonie avec les textes du CNPM». «Les textes sont en ligne sur le site du CNPM, allez voir le statut et règlement intérieur. Nous sommes en phase avec les textes», a-t-elle expliqué, avant d’ajouter que la première assemblée générale a été reportée en tenant compte des textes du CNPM. Selon elle, c’est le président ou les 2/3 des membres du bureau, qui convoquent l’assemblée générale.

«Le président a convoqué, mais il y a eu un problème sur les listes électorales, c’est une première au CNPM où on vote par liste et non par personne. On peut aussi convoquer une assemblée et la reporter, ce n’est pas une première dans notre pays ni dans l’espace de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires» (OHADA). S’agissant de la procédure, Mme Berthé Minian Bengaly a fait savoir qu’il est normal pour une assemblée générale de présenter le bilan du bureau sortant, avant de donner son quitus. «Après, complètera-t-elle, le bureau présente sa démission et le collège électoral est convoqué pour procéder à l’élection».

À l’issue de l’assemblée générale d’hier, la liste conduite par Mamadou Sinsy Coulibaly, la seule en lice, a été élue, avec 102 voix. Au total, 155 délégués ont participé à l’assemblée, a précisé le secrétaire général du CNPM, Modibo Tolo.

Babba B. COULIBALY

Laisser une réponse