Élection présidentielle, Modibo Kadjoké, «POUR UN MALI ÉMERGENT QUI SERA DE RETOUR DANS LE CONCERT DES NATIONS»

0
378

Dans son programme présidentiel pour le changement et la refondation de la république, Modibo Kadjoké préconise 10 axes stratégiques qui se déclinent en domaines d’intervention prioritaires: la sécurité, le dialogue, la construction citoyenne, l’éducation et l’emploi. Pour le candidat de l’APM Maliko, la sécurité nationale passera par la viabilité de l’Etat, le redéploiement de l’administration sur toute l’étendue du territoire avec l’accompagnement sécuritaire requis et un retour de l’autorité avec la reprise concomitante de tous les services. L’insécurité alimentaire étant un danger imminent et constant qui assaille nos collectivités et les populations, il entend mettre en place une stratégie de ravitaillement d’urgence des populations affectées et un plan national d’autosuffisance en vivres et denrées de première nécessité, pour amoindrir notre dépendance des aliments importés.
Sous son règne, de nouvelles autorités seront mises en place afin d’améliorer les conditions de vie des travailleurs et de la population en brisant les chaînes de l’abus des biens sociaux et de la corruption. Il propose également un moratoire aux syndicats pour l’apaisement du front social et éviter les tensions liées à des revendications intempestives, perturbatrices, durant la période de reprise en main et de régularisation des charges régaliennes. Un dialogue national inclusif digne de ce nom sera promu pour prendre en compte les points de vue de tous les acteurs, y compris des extrémistes religieux, en vue de se comprendre et trouver une issue dans le changement de gouvernance.
Par ailleurs, Modibo Kadjoké a l’intention de refonder notre système éducatif en prenant en compte les acquis de la réforme de l’enseignement au Mali de 1962 et la remise à l’honneur du service national des jeunes, amélioré dans son contenu. La gouvernance, le pouvoir d’achat et la vie chère, la santé et la solidarité, la justice et bon droit, le foncier et l’environnement, l’économie sont entre autres ses axes de développement. L’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ne sera pas en reste et les médias publics et privés seront invités à une couverture optimale du territoire, à l’impartialité dans l’information, au professionnalisme et au devoir de connaissance du patrimoine national. Il entend prendre des mesures appropriées pour assurer une disponibilité permanente des produits de consommation et améliorer le pouvoir d’achat des ménages. Un plan d’accès au logement sera mis en œuvre pour les familles dans le besoin, le coût de l’énergie et de l’eau va baisser à des niveaux supportables pour les bas revenus et au moins un médecin sera mis à la disposition de toutes les communes non viables économiquement.
Sera ainsi cerné, le territoire du district de Bamako, aujourd’hui en extension infinie, dans le cadre d’une politique réfléchie de la ville, de l’urbanisation, du foncier, d’aménagement, d’équipement, de protection des sites et des ressources, avec des textes adaptés. Pour donner le ton, le taux de croissance du PIB sera porté à au moins 7 % en 5 ans. L’autre thème majeur de son programme est : l’employabilité numérique des jeunes. Il compte donner un nouveau visage pour Bamako à travers la limitation juridique du territoire du district, l’aménagement et la sécurisation des berges du fleuve Niger. La question de l’énergie n’a pas été occultée par le candidat qui prévoit de faire de Kidal le centre mondial d’énergie solaire, l’insertion des diplômés et formés en langue arabe, la solidarité avec les groupes les plus vulnérables. Autres initiatives: le désenclavement prioritaire de toutes nos régions pour un accès rapide à la capitale, l’approvisionnement régulier et les échanges courants est un point marquant de la volonté politique de la mouvance Maliko pour l’intégration nationale.
Mamadou SY
BIOGRAPHIE
L’ancien ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Modibo Kadjoké est le candidat de l’Alliance pour le Mali (APM) Maliko. Le natif de Ségou, âgé aujourd’hui de 49 ans, avait été successivement directeur du Fonds auto-renouvelable pour l’emploi (Fare) entre 2002 et 2007, directeur de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (Apej) à partir de 2007. Poste qu’il occupait jusqu’à sa nomination au gouvernement.
Titulaire d’une maîtrise en droit privé obtenue à l’École nationale d’administration (ENA) de Bamako (1984-1988), Modibo Kadjoké a effectué son stage à la direction nationale du Trésor et de la Comptabilité publique (service des assurances) avant de travailler au cabinet de Me Antonin Sidibé et puis à l’Observatoire de l’emploi et de la formation. Il a été aussi chef de section “Assistance et Insertion” à la Cellule d’appui à l’insertion des jeunes diplômés.
Modibo Kadjoké a participé à plusieurs séminaires de formation sur des thèmes comme «esprit et création d’entreprises», «sensibilisation sur l’emploi», «planification des projets et résolution de problèmes communautaires», «conception et gestion des projets de jeunes». Il a été membre d’honneur de l’Association des diplômés initiateurs et demandeurs d’emploi (ADIDE), membre fondateur de l’Association pour le programme intégré de développement (APIDEV), membre du bureau de l’Association pour le développement des habitants de Garantiguibougou -300 logements (ADHG).
Modibo Kadjoké fut l’un des responsables du Congrès national d’initiative démocratique (CNID Faso Yiriwa Ton) avant de créer l’APM (Alliance pour le Mali) dont il est le porte-étendard. En 2015, il est nommé à la tête de la commission nationale d’organisation du sommet Afrique-France ténu à Bamako une année plus tard. En début d’année, il a conduit une mission de bons offices dans le centre du pays, une région en proie à une violence communautaire.

Laisser une réponse