Élections législatives : Le programme de la HAC en trois axes

0
442

Le Code de bonne conduite des médias pendant la période électorale, la mise en marche du centre de monitoring et les actions que la Haute autorité de la communication (HAC) se propose d’entreprendre pour une bonne couverture des élections par la presse : voilà les trois sujets qui ont dominé hier la rencontre entre l’autorité de régulation et les organisations professionnelles de la presse.
Dans son exposé liminaire, le président de la commission média de la HAC, Gaoussou Drabo a d’abord rendu hommage à la presse nationale pour le travail effectué lors de la dernière présidentielle, révélant que les observateurs étrangers, notamment l’Union économique et monétaire des États de l’Afrique de l’ouest (Uemoa), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et l’Union européenne (UE) «ont souligné de manière accentuée le comportement professionnel de la presse malienne» lors de ce scrutin. Si on est arrivé à ce résultat, poursuivra Gaoussou Drabo, c’est parce que la presse a respecté le Code de conduite qui a été élaboré en 2018 et signé par presque toutes les organisations faîtières. Le document avait été élaboré pour la présidentielle et les législatives (l’élection des députés a ensuite été reportée, ndlr) et sera reconduit pour le scrutin du 29 mars. Il n’y a donc pas de changement et toutes les organisations professionnelles de la presse se sont engagées à respecter le Code de conduite comme cela avait été le cas lors de la dernière présidentielle.
En revanche, concernant le centre de monitoring qui a été inauguré en janvier, on note quelques changements. Entre autres, on peut citer le recrutement d’analystes médias (trois journalistes d’expérience, dont l’ancien directeur de l’Agence de presse et de publicité du Mali, Gaoussou Traoré), la confection de fiches qualitatives pour le District de Bamako et ses environs, l’appui de la presse privée dans le monitoring.
«Tout cela a pour but d’aider la presse à faire son travail dans le respect de la déontologie et de l’éthique», a insisté Gaoussou Drabo, avant de préciser que le nouveau centre de monitoring travaillera de façon permanente, mais avec des «traitements particuliers pendant la période électorale».
Le troisième point, à savoir les actions que la HAC s’apprête à entreprendre pour aider la presse dans sa tâche, est la formation. Ce programme, a annoncé le président de la commission média de la HAC, concerne l’ensemble des médias du pays (presse audio-visuelle, presse écrite et presse en ligne), mais, la priorité sera donnée aux Régions de Mopti et du Nord, notamment aux radios de proximité et aux télévisions nouvellement créées. Les raisons ? Parce que les médias de ces régions n’ont pas bénéficié de formation lors de la dernière présidentielle. Après Mopti et les régions du Nord, la HAC mettra le cap sur Sikasso et Ségou, avant de terminer avec les Régions de Kayes, Koulikoro et le District de Bamako.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse