Employabilité des jeunes : 150 millions de FCFA pour soutenir les microentreprises

0
470

Au total, 500 entreprises ont bénéficié de cette aide faite par l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes, à travers le Projet de développement des Compétences et emploi des jeunes

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a remis, hier une enveloppe symbolique de 150 millions de Fcfa à 500 microentreprises fragiles portées principalement par des femmes et des personnes handicapées.
La cérémonie de remise du chèque s’est déroulée dans l’enceinte du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), en présence du secrétaire général du ministère de la Promotion de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa Guindo et du directeur général de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ), Yaya Dao. En fait, c’est l’APEJ, à travers le Projet de développement des compétences et emploi des jeunes (PROCEJ) qui a fait cette aide aux femmes et aux personnes handicapées qui dirigent des micro-entreprises. C’est la Banque mondiale qui finance ce volet du PROCEJ.

En effet, au delà de la concrétisation des nobles ambitions du chef de l’État qui a fait de l’insertion professionnel des Maliens une priorité, la remise de ce chèque aux microentreprises fragilisées par la Covid-19 est la suite d’une série d’aides des autorités en faveur de l’entreprenariat des jeunes. Ainsi, 500 microentreprises se partageront les 150 millions de Fcfa, soit 300.000 Fcfa par entreprise. L’aide aux bénéficiaires leur permettra de faire face aux difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Le directeur général de l’APEJ, Yaya Dao a expliqué que les 500 microentreprises ont été sélectionnées par une commission comprenant les représentants du Conseil national du patronat et de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali et selon des critères précis.

Les entreprises ont été sélectionnées sur la base de la fragilité de leurs activités

Entre autres critères, on peut citer le genre (être une femme) ou être dans une situation de vulnérabilité (handicap) ou diriger une entreprise en difficultés et avoir besoin d’un appui complémentaire dans la gestion de son entreprise. Ce n’est pas tout, il fallait être âgé de 35 ans, être en activité et s’engager à utiliser l’appui complémentaire exclusivement dans les besoins identifiés avec l’Apej pour le développement de la microentreprise pour prétendre à cette aide. Yaya Dao a félicité les bénéficiaires, avant de les inviter à tout faire pour honorer leurs engagements de créer de nombreux emplois indirects et inciter d’autres partenaires à accorder à l’Apej des ressources pour accompagner davantage les jeunes Maliens dans le renforcement, le développement de l’esprit d’entreprise et l’accès aux financements.

Soulignant l’importance d’aider les jeunes, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, a expliqué que le taux de croissance de la population malienne figure parmi les plus élevés de la sous-région, soit un taux intercensitaire de 3,6%.
«Nos concitoyens sont majoritairement jeunes. 53% des 20,53 millions de Maliens ont moins de 18 ans, selon les projections de 2020». Fort de ce constat, le chef du gouvernement a rappelé que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait de ses priorités l’épanouissement, la formation, l’emploi et l’entreprenariat des jeunes.

Il a instruit le gouvernement de créer les conditions pour améliorer l’employabilité des jeunes et favoriser leur insertion socio-professionnelle. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette instruction, Dr Boubou Cissé expliquera que le gouvernement, en partenariat avec la Banque mondiale, a décidé de se tenir aux côtés des jeunes entrepreneurs, notamment ceux peu scolarisés, en leur apportant le concours financier nécessaire à la pérennisation de leurs entreprises.

Cet appui, a précisé le Premier ministre, est destiné à soutenir les entreprises sélectionnées sur la base de la fragilité de leurs activités. Pour lui, l’aide du PROCEJ vient à point nommé dans le contexte d’un marasme économique induit par les effets néfastes de la maladie à coronavirus sur le secteur productif national. De ce fait, le chef du gouvernement a indiqué qu’il s’agit là d’une réponse aux mesures de ripostes économiques et sociales prises par les autorités pour atténuer les méfaits de la pandémie du coronavirus sur la vie des populations.

«Cet appui que vous venez de recevoir constitue une opportunité à saisir avec courage et abnégation afin d’être utile à vous-mêmes et à vos communautés respectives à travers la création d’emplois et de richesse», a dit Dr Boubou Cissé. Il a exhorté les bénéficiaires au sens de responsabilité et leur a demandé de veiller à une utilisation judicieuse des ressources ainsi mises à leur disposition.

Abdoul Karim
COULIBALY

Laisser une réponse