Enquête d’opinion « Mali-Mètre 10» : DES INDICATIONS À RETENIR

0
608
Les responsables de la FES face à la presse

La Fondation Friedrich Ebert (FES) a présenté, jeudi dernier, lors d’une conférence, tenue à l’Hôtel Radisson Blu, le 10è numéro de l’enquête d’opinions dénommée « Mali-Mètre ». La présentation était animée par Philipp Goldberg, représentant résident de la FES, accompagné par ses collaborateurs dont Sidiki Guindo du bureau d’études Gisse, Abdourhamane Dicko, Directeur de programmes de FES et de Mme Countel Kanne, chargée de programme. Il convient de préciser que cette enquête a questionné les défis et priorités au niveau national et régional, en passant en revue l’appropriation et la mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger, la sécurité, la justice et la bonne gouvernance, la réconciliation, le processus électoral, etc. Selon le représentant de la FES, cette session s’inscrit dans la dynamique de partage des résultats de la 10è édition de l’enquête qui a été réalisée du 13 au 27 octobre 2018 sur un échantillon global de 2.156 personnes âgées de 18 ans et plus, dans le district de Bamako et l’ensemble des capitales régionales. L’enquête a intégré, pour la première fois, le Médiateur de la République et l’Espace d’interpellation démocratique (EID) ainsi qu’EUCAP Sahel Mali. « Mali-Mètre » est un instrument d’analyse socio-politique qui a pour but, non seulement, de recueillir les perceptions et les opinions politiques des Maliennes et des Maliens, mais aussi de les porter à la connaissance des décideurs politiques.
Ainsi, il ressort de ce rapport que « par rapport à Mali-Mètre 9, la proportion des citoyens satisfaits des actions du président de la République a augmenté de 6,4 points et celle des insatisfaits a reculé de 5,8 points.
Le rapport indique en outre que les plus grands défis que rencontre le Mali actuellement sont, selon les enquêtés, la lutte contre le chômage des jeunes (48,6%), la lutte contre la pauvreté (46,6%) et la lutte contre l’insécurité alimentaire (45,1%). D’autres défis, toujours selon l’étude, ont été cités dans des proportions relativement élevées de la population enquêtée, tels que la gestion du problème du Nord (31,1%), l’amélioration de l’éducation (29,3%), la lutte contre l’insécurité (27,2%) et  l’amélioration de la santé ( 23,6%). D’ici 5 ans au Mali, les plus grands souhaits exprimés par des personnes enquêtées sont  le retour de la paix et de la sécurité  soit (67,3%) et  l’emploi des jeunes  (56,3%).
Concernant la réconciliation nationale, le document souligne que 55,3% des personnes sondées donnent la priorité à l’organisation des rencontres inter et intracommunautaires.
Pour la connaissance du Médiateur de la République, la majorité (56,9% ) des citoyens déclarent ne pas avoir entendu parler de cette institution.
« Mali-Mètre est une cartographie des perceptions des populations maliennes à un moment déterminé ; par conséquent, les résultats ne sauraient être considérés comme des vérités absolues », a précisé Goldberg. Tout compte fait, a-t-il informé, l’enquête a bénéficié du visa de l’Institut national de la statistique du Mali (INSTAT). Il faut rappeler que la Fondation Friedrich Ebert intervient au Mali depuis 1970 et jouit d’une grande considération du fait que la République fédérale d’Allemagne a été le premier pays qui a reconnu le Mali dès son accession à l’indépendance. Elle est depuis 1972 la seule fondation politique allemande qui y ait été représentée de manière continue par un bureau.
Djibril TRAORé

]]>

Laisser une réponse