Entreprises de construction Gao : L’ORGANISATION PATRONALE FAIT LE POINT DE SES ACTIVITÉS

0
316

Le bureau régional de l’Organisation patronale des entrepreneurs de construction du Mali a tenu, samedi dernier, son assemblée générale 2019 dans la salle de conférence du gouvernorat de Gao.
L’ouverture des travaux était présidée par le conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur de Gao, en présence du président de l’OPECOM-Gao, Abdourhamane Foulane, et du 3è adjoint au maire de la Commune urbaine de Gao, Hamid Elmihidi Touré dit Dassa.
À l’ouverture des travaux, le directeur régional de l’urbanisme et de l’habitat, Mahamadou Alpha Cissé, a précisé que sa structure continuera d’apporter son appui et conseil aux entreprises. Il a souligné qu’une entreprise a une durée de vie de 90 ans, mais que dans nos pays et, particulièrement, au niveau régional, elle ne dure que trois ans. Il a souhaité que cela s’améliore.
Le président de l’OPECOM-Gao soulignera que l’objectif de l’organisation est d’étudier et défendre les intérêts matériels et moraux des entrepreneurs du bâtiment, des travaux publics et particuliers. Ainsi, le but de l’OPECOM est d’encourager et promouvoir des groupements d’entreprises en vue de leur participation à des grands travaux, de participer aux procédures de règlement des affaires litigieuses intéressant la profession en général et les membres en particulier. Ensuite, l’organisation patronale participe à l’élaboration des textes régissant la profession et œuvre aussi, d’une part, à l’instauration d’une saine concurrence entre les entreprises maliennes et, d’autre part, entre les entreprises maliennes et étrangères. « Elle se trouve dans toutes les régions du Mali et le district de Bamako », a précisé Abdourhamane Foulane. « L’OPECOM de Gao a plus de 200 adhérents répartis dans tous les cercles de la région de Gao, dont 75 ont reçu des formations dans le cadre de l’entretien routier et sur la méthode HIMO (Haute intensité de main d’œuvre) en préparation des offres et évaluation de quantités. Plus de 15 membres de l’OPECOM ont suivi la formation de contrôle et de règlement des marchés publics et délégation de services initiée par l’Autorité intérimaire régionale avec l’appui financier de SDNM-II et l’ARMDS. Près de 180 entrepreneurs ont participé à l’atelier «Comment faire les affaires avec la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)». Cela a permis à 5 entreprises de passer des contrats directs avec la Mission onusienne. L’organisme régional a participé au 1er forum de l’emploi organisé par la force Barkhane, en partenariat avec la mairie de Gao et la jeunesse de Gao qui a permis la prise en charge de 16 jeunes en apprentissage dans les métiers du secteur BTP par les entreprises membres de l’OPECOM-Gao », a expliqué le responsable régional de l’association des entrepreneurs. « Les entreprises de Gao sortent d’une crise liée aux événements de mars 2012. Nous avons eu une bouffée d’oxygène avec le PURD-I et II de l’AGETIPE, mais le PURD-III est resté sans suite malgré le fait que toutes les régions bénéficiant du PURD ont reçu leur 3è convention sauf Gao et même la convention IV tarde à démarrer », a-t-il rappelé
« Nous avons d’énormes difficultés pour avoir le quitus fiscal à cause de l’absence des services financiers au niveau local. Il faut avoir deux signatures à Bamako et une signature à Gao, ce qui coûte à l’entreprise plus de deux semaines pour préparer un document qui est prêt normalement en une seule journée. Cela est dû à l’état de l’axe Sévaré-Gao avec son lot d’insécurité. Cette situation défavorise les entreprises de Gao dans les appels d’offres ouverts », a dénoncé Abdourhamane Foulane.
« La situation des travaux de Taoussa connaît de sérieux problèmes dus au manque de payement des décomptes après plus d’une année de démarrage des travaux, malgré le fait que ces entreprises aient démarré sur fonds propres », a encore déploré Abdourhamane Foulane. Néanmoins, il a conseillé à ses collègues entrepreneurs d’éviter les offres moins-disant et leur a demandé de respecter les engagements contractuels tout en exécutant les travaux dans le délai et dans les règles de l’art.
Le conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur de Gao, Alousseyni Mahamane, a assuré que l’engagement des autorités administratives à l’OPECOM ne manquera pas parce qu’elle participe à la relance économique et au développement de la région.

Abdourhamane TOURÉ
AMAP-Gao

Laisser une réponse