Escrime, coupe du président du CNOS : MINATA DOUMBIA, «AUX ÂMES BIEN NÉES…»

0
519

Le président Wahabou Zoromé avec les six médaillés, Minata Doumbia 2è à partir de la droite


Minata Doumbia a été sans conteste la grande attraction de la 7è édition de la coupe du président du Comité national olympique et sportif (CNOS) qui s’est déroulée le samedi 1er juin au centre Olympafrica de Banankabougou. Pas seulement parce que la jeune escrimeuse du club du Palais des sports a réalisé un parcours sans faute et éliminé la multiple championne du Mali, Alima Dembélé en demi-finale, mais aussi et surtout parce qu’elle a émerveillé les spectateurs par la qualité de son escrime et son sang froid.
Personne n’attendait Minata Doumbia à pareille fête pour la simple raison qu’on ne l’avait jamais vu à ce niveau. Âgée seulement de 17 ans, la jeune escrimeuse était même inconnue du grand public et quand elle se hissa en demi-finale, nombre de personnes pensaient que c’était un incident de parcours et qu’elle ne ferait pas le poids face à Alima Dembélé qui règne sur l’escrime féminine du Mali depuis plusieurs années. Mais quelle ne sera la surprise des spectateurs du centre Olympafrica de voir Minata Doumbia dérouler face à la reine de l’escrime malienne, dominée de la première à la dernière minute du combat. Après cette démonstration contre la grande favorite de la compétition, la voie du sacre était grandement ouverte pour Minata Doumbia et ce n’est pas Kadiatou Kolohongo qui empêchera la sociétaire du club du Palais des sports de se hisser sur la plus haute marche du podium. Score de la finale : 15-11 pour Minata Doumbia qui coiffe, ainsi, la première grande couronne de sa carrière. «C’est la star montante de l’escrime malienne, elle est douée et a toutes les qualités pour réussir», a encensé un ancien escrimeur, visiblement séduit par la prestation de Minata Doumbia.
Comme chez les filles, la finale des garçons a également tourné à la démonstration pour Gaoussou Coulibaly qui n’a pas eu besoin de forcer son talent pour s’imposer face à Kalilou Traoré. Dans une finale parfaitement maîtrisée, le local (Gaoussou Coulibaly est pensionnaire du centre Olympafrica, ndlr) l’a emporté sur le score sans appel de 15-5, permettant, ainsi, à son club de sauver les meubles.
Au total, 31 escrimeurs et escrimeuses, issus de 7 clubs (centre Olympafrica, Mifa, Palais des sports, Titans, USFAS, l’école Les Ecrivains, l’école La Fontaine) ont participé à cette 7è édition de la coupe du président du CNOS. Les athlètes se sont affrontés à l’épée et les trois premiers ont reçu, chacun des médailles et des prix.
Dans son allocution de clôture, le président de la Fédération malienne d’escrime (FME), Wahabou Zoromé a félicité les athlètes pour leur prestation, avant de témoigner la reconnaissance du monde de l’escrime nationale au parrain de la compétition, Habib Sissoko. «C’est pour rendre hommage à Habib Sissoko que nous organisons chaque année cette compétition. Le président du Comité national olympique et sportif fait beaucoup pour le sport malien, en général et l’escrime en particulier. Il nous accompagne dans tout ce que nous faisons, les compétitions, les sessions de formation, etc. », a témoigné Wahabou Zoromé, avant d’évoquer la grande échéance qui attend le monde de l’escrime nationale dans quelques semaines, à savoir le Championnat d’Afrique des séniors (24-28 juin à Bamako).
«On a hâte que ça commence. C’est une échéance très importante pour nous, peut être la plus importante de l’histoire de l’escrime malienne parce que c’est la première fois que notre pays se voit confier l’organisation d’une compétition de cette envergure», soulignera le premier responsable de l’escrime malienne. «Ce Championnat d’Afrique des séniors, insistera Wahabou Zoromé, est d’autant plus important qu’il est qualificatif des Jeux olympiques de Tokyo 2020. Toute la crème de l’escrime africaine sera présente à Bamako, nous nous attendons à une grande fête», complètera le président de la Fédération malienne d’escrime.
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse