Espace universitaire de Badalabougou : Une importante quantité d’armes saisie

0
193

Une partie des armes saisies par la police

Sur instruction du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de son collègue de la Sécurité et de la Protection civile, la direction générale du Centre national des œuvres universitaires (CENOU) et des unités de la police nationale, conduites par le commissariat du 4è arrondissement, ont procédé, le mercredi 12 février dernier, à une opération de fouille de grande envergure dans l’espace universitaire de Badalabougou. L’objectif était de mettre fin à la circulation et à l’utilisation des armes sur ce campus. Les policiers ont bouclé les lieux avant de procéder à une fouille systématique des résidences universitaires.
L’opération a permis de retrouver des armes de diverses natures et autres objets interdits sur l’espace universitaire. Il s’agit de trois pistolets automatiques (PA) de fabrication artisanale, quatre cartouches de pistolet mitrailleur (PM), d’autres types de munitions, huit machettes, deux tenues militaires. Il a été aussi découvert deux bérets militaires, trois bâtons de défense, cinq couteaux, cinq bâtons en fer, un gourdin, deux marteaux, deux lance-pierres, six chaînes (nutchaku).
Les forces de l’ordre ont également mis la main sur 22 cartes bancaires dans la chambre 78 occupée par les membres du comité local de l’Association des élèves et étudiants (AEEM) à la Faculté des lettres et des sciences du langage (FLSL-Ex-Flash) à l’Institut universitaire de gestion (IUG). Huit individus ont été interpellés. Parmi eux, certains possédaient des machettes et d’autres fumaient du cannabis dans l’enceinte de l’espace universitaire. Pour lutter efficacement contre la circulation des armes et certains objets interdits dans l’espace universitaire, le CENOU souhaite la multiplication des descentes de la police.
Elle recommande aussi l’approfondissement des enquêtes sur les armes retrouvées afin de démasquer les propriétaires et les mettre à la disposition de la justice. «À travers cette opération de fouille inopinée sur l’ensemble des espaces pédagogiques, nous voudrons rassurer l’administration universitaire, les étudiants, les parents et les partenaires de l’école que désormais toutes les dispositions seront prises pour que l’espace pédagogique universitaire soit sain et dédié à la recherche du savoir. Cela conformément aux missions confiées au CENOU, à savoir contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiants régulièrement inscrits», explique le directeur général du CENOU.
Le colonel-major Ousmane Dembélé assure que sa structure ne tolèrera pas la violence universitaire. Désormais, prévient-il, tout individu appréhendé avec des armes sur l’espace universitaire sera immédiatement mis à la disposition des autorités judiciaires.

S. Y. W.

Laisser une réponse