Etat-civil : Vers plus de modernisation et de sécurisation

0
389

Le Programme d’appui au fonctionnement de l’état-civil et à la mise en place d’un système d’information sécurisé au Mali (PAECSIS) a tenu, il y a une semaine à la direction nationale de l’état-civil sise à Koulouba, son premier comité de pilotage. L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Adama Sissouma. C’était en présence du directeur national de l’état-civil, Dr Abdoulaye Alkady et du chef de la coopération de l’Union européenne au Mali, Géza Strammer.
A l’ordre du jour de cette réunion inaugurale étaient inscrits quatre points : examen de l’état d’avancement du PAECSIS ; examen des propositions de réorientations stratégiques et opérationnelles du PAECSIS ; examen de la planification opérationnelle 2019-2020 du PAECSIS et divers. Démarré en 2018, le PAECSIS est financé par l’Union européenne (UE) à travers le fonds fiduciaire d’urgence, à hauteur de plus de 16 milliards de Fcfa. Et sa mise en œuvre est confiée à l’Agence belge de développement (ENABEL) ainsi qu’à la Société de conseil et de service du ministère de l’Intérieur français (Civipol). Ce programme, qui s’inscrit dans la stratégie nationale de l’état-civil, vise à contribuer à l’universalité de l’enregistrement des faits d’état-civil et de disposer d’un système d’information de l’état-civil informatisé et relié à une base de données biométriques et ouvert à plusieurs applications.

Selon Dr Abdoulaye Alkady, ce programme est d’une importance capitale en ce sens qu’il accompagne l’Etat à se doter d’un système d’état-civil performant en capacité de délivrer à tout citoyen, où qu’il se trouve sur le territoire national, les actes d’état-civil sécurisés et fiables. « Les exposés qui suivront nous édifieront sur les progrès déjà observés et présenteront la planification des activités sur la période couvrant la fin de l’année 2019 et l’année 2020 », a déclaré le directeur national de l’état-civil.
De son côté, le représentant du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a invité les participants à examiner rigoureusement et sans aucune complaisance tous les documents soumis à leur appréciation, afin que des recommandations pertinentes sanctionnent les travaux. « C’est à ce prix et seulement à ce prix que le PAECSIS répondra favorablement aux attentes liées à l’amélioration de notre système d’état-civil pour le bonheur des populations maliennes », a indiqué Adama Sissouma. Réaffirmant l’attachement de l’UE à la question, Géza Strammer a réitéré l’engagement de son organisation à accompagner le Mali dans la réforme et la modernisation de l’état-civil.
Bembablin
DOUMBIA

Laisser une réponse