Fait divers à Kolondièba : Jour de malchance du duo

0
1010

Le tohu-bohu du marché a fait qu’ils se sont emparés d’un engin à deux roues. Par malheur, ils n’auront pas la chance d’écouler leur butin avant d’être interpellés par la police.

BD et YD sont deux malfrats quasiment spécialisés dans le vol d’engins à deux roues. Comme chaque chose à une fin, ces individus viennent de tomber dans les mailles des filets des hommes du commissaire divisionnaire Isaac Thèra en charge du nouveau commissariat de police de Kolondièba.

S’il faut croire nos sources, il semble que la collaboration des populations, victimes potentielles des bandits, a beaucoup joué dans l’interpellation de ces deux voleurs de moto. Selon les mêmes sources, cette histoire serait partie de la plainte que la victime a déposée auprès des limiers juste après avoir constaté la disparition mystérieuse de sa moto.

C’était le 25 novembre dernier, aux environs de dix heures. Ce jour là, jour de foire hebdomadaire, X la victime s’est présentée au commissariat de police de la localité. Aux policiers, sans pouvoir détailler sa mésaventure, elle a expliqué qu’elle venait de perdre sa moto dans de circonstances troubles au marché. C’était suffisant pour que les limiers prennent ses déclarations au sérieux. Aussitôt, les éléments de l’unité de recherches se sont saisis du dossier. Apparemment, il semble que les policiers ont activé leur réseau de renseignement dans la foulée. Une fois la nuit tombée, la patrouille policière a, comme dans ses habitudes, effectué sa descente de routine dans la ville. C’est ainsi qu’une tierce personne désirant garder l’anonymat les a saisis. Aux patrouilleurs, elle a brièvement expliqué qu’elle venait de saisir un engin à deux roues de provenance douteuse des mains de deux individus d’apparence louche. Ce « pion » des policiers qui semblait bien connaître les deux malfrats, est allé jusqu’à détailler leur localité de résidence. Ils seront identifiés plus tard comme le duo cité plus haut, tous deux domiciliés a Tiguiya, village situé à quelques kilomètres de Kolondièba.

C’est ainsi que les éléments de la brigade de recherches ont pu cueillir les deux malfrats qui n’ont pas opposé de résistance au moment de leur interpellation. Con-
duits dans les locaux du commissariat, ils ont été auditionnés des minutes avant qu’ils n’avouent leur forfait.

Aux officiers de police judiciaire, ils ont clairement expliqué qu’ils avaient profité du bruit ambiant du marché, le jour de la foire, pour tromper la vigilance des forains et s’emparer de leur butin, garé dans une ruelle. Les malfrats expliquèrent qu’ils voulaient l’écouler sur place, mais qu’ils n’ont pas eu la chance de trouver un acheteur dans le feu de l’action. C’est ainsi qu’ils auraient sollicité les services d’un réparateur de motos dans l’espoir d’écouler leur butin. Mais hélas. Pour eux, c’est sans nul doute cet homme qui les a dénoncé aux policiers. Ces derniers n’avaient plus de temps à perdre avec ces deux individus. Déférés devant le juge de Kolondiébé, ils ont été rapidement placés sous mandat de dépôt.

Yaya DIAKITÉ

Laisser une réponse