Fait divers : Le cambriolage s’est déroulé avec succès nuitamment. Mais dès le lendemain…

0
1531

Un trio est parvenu à s’introduire dans le bureau de « Change » d’un cambiste pour y dérober de la liquidité. Il a fallu que le jour se lève pour que les trois voleurs tombent entre les mains des policiers.

Un million : telle est la somme dérobée au cours d’une opération nocturne dans un bureau de « Change de devises » à Missabougou, un quartier populaire de la périphérie en Commune VI du District de Bamako. Mais par malheur, les bandits qui en sont les auteurs n’auront pas la chance de jouir de leur butin. Moins de 24 heures après les faits, ils seront traqués et interpellés un par un par les éléments du commissaire principal Alhousseyni Ag Souleymane en charge du commissariat de police du 7è arrondissement.

Si les victimes n’avaient que leurs yeux pour pleurer la perte sèche de leur argent en liquide, les voleurs eux avaient (à tort) pensé que le temps fera son effet pour oblitérer le chagrin causé par leur acte
ignoble.

Nous sommes dans la nuit du 28 décembre dernier aux environs de
3 heures du matin. à l’image de la plupart des habitants des autres quartiers de la cité des Trois caïmans, ceux de Missabougou avaient aussi un pied dans la fête du « 31 ». Pendant ce temps, Boubacar Konta, Djakaridia Diarra et Souleymane Kane, (tous âgés de 20 ans environ), préparaient eux aussi leur fête de fin d’année à leur manière. Cette nuit là, à 3 heures donc, munis de leurs « outils » de travail nocturne, le trio a ciblé le bureau de « Change » de Souleymane Sawadogo dans ce quartier. Comme les malfrats étaient munis d’un arrache-clou, difficilement la porte du local de leur victime pouvait leur résister. Une fois sur place, en une fraction de minute, ils ont sauter les verrous de la porte du bureau de « Change ». Ils ont emporté des billets de Fcfa, en Euro puis en dollar. Au commissariat de police, nos sources ont estimé la valeur totale de l’argent volé à un million de Fcfa.

Le lendemain matin, précisément le 29 décembre, dès qu’il s’est rendu à son lieu de travail, le cambiste a fait le malheureux constat du passage des malfrats chez lui, nuitamment la veille. Sans perdre de temps, il se dirige vers le commissariat de police du 7è arrondissement pour faire sa déclaration de vol d’argent. Aussitôt, le capitaine de police Ibrahima Diallo qui l’a reçu dans son bureau pour ce faire, a mobilisé ses hommes pour mettre la main sur les probables voleurs. Comme par chance pour la victime, il se trouve que le même jour, dans la précipitation, Boubacar Konta, (un des malfrats) s’est lui aussi rendu dans un autre bureau de « Change » aux Halls de Bamako. Et c’était très certainement dans l’intention d’échanger les billets de dollar et d’euro en monnaie locale, c’est-à-dire en Fcfa volés la veille à Missabougou chez Souleymane Sawadogo. Heureusement, il se trouve que les policiers avaient déjà activé leurs réseaux d’informateurs. C’est ainsi que le cambiste des Halls de Bamako informe les policiers de la présence du premier suspect du trio avec des billets des devises étrangères (dollar et euro) en main. Dans la foulée, une équipe de la brigade des recherches a immédiatement et discrètement investi les lieux. Le suspect est interpellé et conduit dans les locaux des policiers à seulement quelques encablures du marché les « Halls ».

Coincé durant son audition, Boubacar Konta a jugé nécessaire de dire toute la vérité. Il avoua les faits avant de dénoncer ses complices Djakaridia Diarra et Souleymane Kané. Quelques instants plus tard, ces derniers rejoindront leur compère au cachot. Entre temps, une perquisition de l’endroit censé être leur résidence, a permis aux limiers de mettre la main sur l’arrache-clou qui leur a servi de sauter les verrous de la porte du bureau d’échange de leur victime. Ils ont également mis la main sur divers autres objets en l’occurrence des téléphones portables, un ordinateur, un appareil Wifi, et de nombreux accessoires d’appareils.

Les preuves étaient suffisantes contre ce trio pour qu’il soit déféré chez le procureur de la République près le tribunal de la Commune VI du district de Bamako, où ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Yaya DIAKITÉ

Laisser une réponse