Fait divers : Un duo de Titibougou chute

0
1463

Ils avaient changé leur modus operandi à cause du couvre-feu, cela n’a pas suffi pour les empêcher de tomber entre les mailles des filets de la Police

O.N et B.C, sont des malfrats spécialisés dans le vol et le braquage à main armée. Après avoir longtemps sévi dans les secteurs de la Commune I du District de Bamako et coupé le sommeil aux habitants de ces localités, ce duo a fini la semaine dernière, entre les mains des hommes du commissaire divisionnaire Hamadou Ag Elmehdi, en charge du commissariat de police du 12e arrondissement. Et depuis, ils dorment derrière les barreaux, le temps d’être fixés sur leur sort par les juges du tribunal de grande Instance de la Commune I.
De sources policières, les deux individus sont connus pour être des délinquants notoires ayant un penchant pour les engins à deux roues. Pour arriver à leur fin, ils n’hésitent pas à user de la violence. Souvent, ils ont recours à des armes à feu pour arracher à leurs victimes leurs biens. Cela, dans le meilleur des cas, si l’on peut dire. Dans le pire, O.N et son binôme B.C n’hésitent pas à tirer à bout portant sur leur victime pour s’emparer de sa moto lorsque celle-ci tente de leur opposer une résistance. Le 27 avril dernier fut leur dernière opération avant que les hommes du divisionnaire Hamadou Ag Elmehdi ne leur mettent le grappin dessus. C’était dans le secteur de Titibougou à la périphérie de Bamako. Le duo dort désormais pour vol et braquage à main armée et détention illégale d’arme à feu.

L’interpellation des deux malfrats fait suite à une opération fraichement menée à l’encontre d’une paisible citoyenne. Malheureusement pour eux, la chance était du côté de la victime. Le jour des faits, l’horloge affichait
7 heures, la paisible citoyenne qui répond au nom de M.T a quitté son domicile à Titibougou pour se rendre à son service. Cette matinée, la jeune dame s’attendait à tout sauf qu’ à ces délinquants qui l’attendaient au tournant d’une ruelle. Et de surcroît à cette heure de la journée. Selon nos sources, arrivée vers l’usine des nattes dans le secteur suscité, elle a été désagréablement surprise par les deux individus sur une moto Djakarta, dont l’un était muni d’un pistolet automatique (PA) qu’il a braqué sur la dame et l’obliger de se séparer de sa moto Djakarta. La demoiselle qui tenait à rester en vie, obéit sans broncher.

L’opération réussie, les deux malfrats disparaissaient dans la ruelle. Ce que les bandits ignoraient, c’est que la chance n’était pas de leur côté et n’allait pas tarder à les abandonner de la façon la plus malheureuse. Après les faits, lorsque MT s’est sentie hors de portée des braqueurs, elle s’est immédiatement dirigée à la police. Pendant qu’elle se rendait à la police pour une déclaration, elle a été informée d’un accident de la circulation routière, survenu à quelques encablures de son lieu de braquage. Ainsi, le commissaire du 12ème arrondissement alerté, a immédiatement envoyé l’équipe de constat sur le lieu de l’accident.

Dans la foulée, le lien avait été fait avec le cas de braquage dont MT avait été victime. Puisque tout portait à croire que les mis en cause étaient les braqueurs de la bonne dame. Il ne restait qu’à les interpeller. Ainsi, les éléments de la brigade des recherches (BR), conduite par le commandant Danséni Koné, se sont dépêchés sur le lieu de l’accident. C’est ainsi qu’ils ont interpellé les mis en cause en possession du butin.
Conduits au commissariat et interrogés sommairement, sans ambages, ils ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ils ajoutèrent que leur modus operandi consistait à faire les braquages très tôt dans la matinée et dans les zones reculées, à cause du couvre-feu. La cause étant entendue pour eux, ils ont été mis derrière les barreaux. Les enquêtes continuent toujours en vue de dénicher d’éventuels complices liés à cette bande, avant leur mise à la disposition du parquet de la commune I du District de Bamako.

Yaya DIAKITÉ

Laisser une réponse