Fait divers : Un trio infernal tombe à Koutiala

0
480

KD, BT et AD sont trois malfrats spécialisés dans le vol d’engins à deux roues et des téléphones portables. Ils écumaient la cité de l’Or blanc durant un bon moment. Comme chaque chose à une fin, ces individus viennent de tomber dans les filets des hommes du commissaire principal Yamadou Goumané en charge du commissariat de police de Koutiala.
Selon nos sources, suite à plusieurs déclarations de vols de motos et de téléphones portables enregistrées au niveau du commissariat, le 7 mars dernier, aux environs de 3 heures du matin, les éléments de la brigade des recherches (BR) dirigés par le chef BR, le capitaine de police Mani Victorien Diallo, ont effectué une descente musclée au niveau de certains nids criminogènes de la ville de Koutiala. Cette incursion a d’abord permis aux policiers de mettre la main sur un individu répondant au nom de K.D, en possession d’une moto Djakarta. Par la suite, il a été interpellé et conduit dans les locaux du commissariat pour interrogatoire.

Plusieurs minutes d’audition ont eu raison de lui avant qu’il n’avoue les faits. Il a même jugé nécessaire de collaborer en dénonçant ses complices que sont les nommés BT et AD. Mais avant, le suspect numéro un avait avoué que l’engin à deux roues était effectivement le butin d’un vol commis en complicité avec les deux complices précédemment cités. Situé à une quinzaine de km de Koutiala, le local censé être le domicile des suspects a été perquisitionné.

Ce qui a permis aux éléments du commissariat de mettre la main sur huit téléphones portables, deux postes de télévisions, trois motos et divers autres objets plus ou moins de valeur. Signalons que deux propriétaires de motos ainsi qu’un propriétaire de téléphone portable ont été retrouvés.
Les trois malfrats ont été mis à la disposition du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Koutiala, pour répondre aux faits qui leur sont reprochés. Entre- temps, les limiers ont retrouvé certaines victimes pour qu’elles reviennent reprendre leurs biens au commissariat de police.

Yaya DIAKITÉ

Laisser une réponse