Faits divers : Fin de règne des «microbes»

0
338

Les hommes de la commissaire divisionnaire Kadiatou dite Kadi Tounkara du commissariat de police du 14ème arrondissement du District de Bamako ont récemment mis aux arrêts une bande de braqueurs qui ont, à un moment donné, sérieusement perturbé le sommeil des populations de certains quartiers de la Commune IV de la Cité des Trois caïmans. Du fait de leur dangerosité, et surtout à cause de la terreur qu’ils ont fait régner, ils ont été surnommés « Microbes ».

Il s’agit des nommés SC dit « Soldat », FB, BD, OK et BC. Aucun de ceux-ci n’a encore fêté ses vingt ans. Ils sont tous âgés de moins de 18 ans. Ce sont de véritables malfrats qui sont tombés dans les mailles des filets des limiers du commissariat de police cité. à la différence de certains bandits qui évitent d’avoir une spécialité dans la commission des infractions, ces « Microbes » se sont spécialisés dans l’extorsion des biens de leurs victimes, les agressions physiques et le braquage à mains armées.

Selon les policiers qui ont traité leur dossier, l’interpellation de ces individus est consécutive à la multiplication des plaintes à leur encontre. Quasiment, toutes les plaintes ont un point commun. à chaque fois qu’une de leurs victimes se rend au commissariat de police pour parler de ces « Microbes », la personne évoque toujours des cas relatifs soit à l’extorsion de son bien, soit à une agression physique avec des blessures. Pis, s’il faut croire nos sources, ces malfrats d’un genre particulier sont toujours armés de machettes et de couteaux.

Fort de ces renseignements quasi indiscutables, le chef de l’Unité des recherches du 14è, le lieutenant Mamadou Kébé a pris en main le dossier de ces jeunes gens qui troublent la quiétude des paisibles populations de la commune citée plus haut. Les policiers sont parvenus à localiser ce qui semble être le QG de la bande. D’après les informations que les enquêteurs ont reçues, les éléments du groupe de bandits se rencontrent généralement dans les rues dénommées « Trente mètres, Vingt mètres et Niéniéncarrée » à Djicoroni-Para. Une fois que leur quartier général a été localisé, leur interpellation n’était plus qu’une question d’heures.

Ainsi, les éléments de la Brigade des recherches ont d’abord mis la main sur SC alias « Soldat », celui-là même qui semble être le chef du gang. Ce jeune homme a été appréhendé en pleine opération dans le quartier. Interpellé et conduit au commissariat, il est aussitôt auditionné. Son interrogatoire permit de localiser ses compagnons et complices. En quelques heures, ces derniers l’ont rejoint dans les locaux des policiers. Les investigations qui s’en sont suivies ont permis aux policiers de comprendre que ces gamins forment une véritable bande de malfaiteurs bien organisés. Dans les secteurs où ils sévissaient, ils sont impliqués dans de nombreux cas de braquages survenus un peu partout à travers la Commune IV.

Il s’est par ailleurs avéré que le présumé chef de la bande, le nommé SC alias « Soldat » est un récidiviste notoire. Après la clôture de leurs dossiers, tous les éléments du groupe ont été présentés au procureur général près du Tribunal de grande instance de la Commune IV. Ils dorment tous derrière les barreaux avant la date de leur comparution devant des juges pour sceller leur sort.

Yaya DIAKITÉ

 

…VOLEURS EN HERBE

Au même moment sur la rive droite, le commissaire principal Alfoussseyni Ag Souleymane en charge du commissariat de police du 7e arrondissement a mis fin aux activités malsaines d’une bande de quatre mineurs qui, en dépit de leur jeune âge, semble être de véritables voleurs. Selon nos sources à la police, dans la nuit du 4 au 5 août dernier, une bande composée de quatre individus fait irruption par effraction dans une boutique de vente de pagnes et divers articles pour femmes (sacs à main, bijoux, chaussures) dans les « Halles de Bamako », en Commune VI. La propriétaire est identifiée plus tard comme une certaine MS, une commerçante relativement bien connue dans le secteur.
Butin bazardé

Une fois qu’ils ont pu accéder à l’intérieur de l’échoppe, les petits délinquants y ont dérobé quasiment tous les pagnes et sacs à main. Nos sources ont estimé la valeur du butin à 850.000 Fcfa. Après leur forfait, les présumés auteurs sont allés bazarder les pagnes à certaines revendeuses au marché de Senou, à la périphérie sud de la capitale et au « Rail-Da » en centre-ville de Bamako.

À la suite des investigations menées par les policiers, suivant un soit-transmis émanant du parquet du Tribunal de grande instance de la Commune VI du District de Bamako, les quatre présumés, visiblement des sans domicile fixe, ont tous été interpelés.

Interrogés tour à tour, chacun d’eux a reconnu les faits sans ambages. Ils ont même collaboré durant leur audition en évoquant plusieurs cas de cambriolages qu’ils ont commis à l’intérieur des Halles de Bamako, un endroit qui semble être leur zone de prédilection pour commettre leurs forfaits. Coincés par les OPJ durant leur audition, les quatre ont avoué qu’ils ont « troqué » leurs butins contre des produits stupéfiants soit à Bagadadji, et/ou à Sénou. Aux termes des enquêtes, ils ont été mis à la disposition du parquet du Tribunal de grande instance de la Commune VI du District de Bamako, aux fins de
droit.
Y.D.

 

…LE COUSIN VOLEUR

Si les deux commissariats sus cités ont démantelé des bandes de malfrats qui troublaient la quiétude des populations dans divers quartiers de la Cité des Trois caïmans. Il n’en est pas moins pour celui du 5è arrondissement. Quasiment durant la même période, les éléments du commissaire principal Mariam Doumbia dudit commissariat ont mis la main sur trois individus. Ces derniers sont suspectés d’être impliqués dans une affaire de vol de véhicule en Commune IV du District de Bamako.

C’était le 3 septembre dernier. Ce jour-là, aux environs de 23 h, le commissariat du 5ème arrondissement reçoit une plainte de dame F.K. Aux policiers, cette dernière a déclaré avoir été victime du vol de son véhicule immatriculé BH-5389-MD. Quelques jours avant, précisément dans la nuit du 27 août dernier, aux environs de 23 h, le dit véhicule a subitement disparu sans que sa propriétaire ne sache comment cela a pu se passer. Ces informations ont suffit pour que le chef de l’Unité des recherches, conduite par le major Birama Konaté se lance aux trousses de ceux qui ont eu le courage de voler un engin à quatre roues en pleine ville.

En quelques heures seulement, les investigations n’ont pas tardé à donner un résultat positif. Dans la foulée, deux individus ont été alpagués. Ils sont identifiés comme BSK et KT. Ces derniers sont conduits dans les locaux des policiers pour y être entendus. Par la suite, les OPJ ont compris que ces deux interpellés étaient en réalité les complices du vrai voleur du véhicule. à force de fouiller à fond, les limiers sont tombés sur un certain DT, le principal auteur du vol.

Curieusement, il s’est trouvé que ce jeune homme, âgé de 26 ans, n’était autre qu’un cousin de la victime. Il est aussitôt mis aux arrêts avant que les enquêteurs ne perquisitionnent son domicile. La perquisition a permis de mettre la main sur les plaques d’immatriculation et la carte grise du véhicule volé.

Les preuves semblaient être suffisantes pour que les trois malfrats soient renvoyés derrière les barreaux, le temps que les juges ne se prononcent sur leur cas. Les enquêtes se poursuivent dans l’espoir de mettre la main sur d’éventuels complices.

Y.D

Laisser une réponse