Faits divers : Le gage de la mort

0
209

Les deux copains ont l’habitude de se cotiser pour acheter de la drogue à consommer. Une histoire de téléphone gagé fini par les opposer. Et l’un d’eux y perdra la vie

Rien ne saurait justifier un crime, dit-on. Mais lorsque par malheur cela survient entre des protagonistes, les auteurs méritent d’être punis conforment à la loi, car la vie humaine est sacrée. Et nul ne saurait se débarrasser de son prochain en lui ôtant la vie, impunément.
Dans la matinée du 24 juin dernier au quartier Koko plateau de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, c’est une simple altercation pour une histoire de téléphone portable mis en gage contre la somme de 5. 000 FCFA, a viré au drame. La victime M alias « Nano Will » aurait, reçu des coups de poignard que lui auraient administré son compagnon, un certain IT. Il semble que la victime est décédée des suites de ses blessures. Bref, une sordide histoire dramatique survenue entre des copains connus pour être des consommateurs invétérés de stupéfiants dans le secteur du quartier où ils résident dans la ville garnison.

Après s’être retranché chez lui peu de temps après le drame, le meurtrier, vendeur de carburant de profession, a été rapidement interpelé par les éléments du commissaire principal Moussa Cissé du commissariat de police du 1er arrondissement de la dite ville. C’est en un temps record que, les policiers de l’unité des recherches conduite par le major Souleymane Z Coulibaly « Konkoun Solo », ont mis la main sur l’indélicat détaillant de carburant. Mais avant, comme dans toutes affaires du genre, les limiers disposaient de renseignements quasi- indiscutables sur le présumé meurtrier. Des renseignements qu’ils avaient pu recueillir auprès des populations, en plus de ceux que leur « pion » les avait fournis.

Pour en arriver là, il aura fallu que le chef du centre des secours de la protection civile de la ville garnison alerte les policiers. L’officier des sapeurs pompiers venait de découvrir le corps sans vie de « Nano Will ». Celui-ci gisait dans son sang sur un terrain de Foot du quartier. Dans la foulée, policiers et sapeurs pompiers accompagnés d’un médecin légiste se sont rapidement transportés sur les lieux. Sur place, le constat était clair : La victime est couché dans son sang avec une blessure ouverte au flanc gauche. à côté de la dépouille mortelle, les policiers ont trouvé un couteau et des chaussures jetées çà et là. Toutes choses qui prouvent que la victime et son bourreau en étaeint d’abord venus aux mains avant que le second n’ait raison du premier. Le médecin légiste confirmera par la suite que la mort du malheureux remonte à environ deux heures de temps. Une mort qui aurait été causée, selon le toubib, par un objet tranchant et/ou pointu.

Des enquêtes, les policiers ont compris que les protagonistes appartenaient tous deux au même groupe de jeunes, plus ou moins connu dans le quartier pour être de vrais consommateurs de drogue. C’est ce qui a facilité l’identification et interpellation du présumé meurtrier de « Nano Will qui, selon nos sources, était élève en 4ème année chimie à l’école centrale pour l’Industrie le commerce et l’administration (ECICA). Plus les enquêtes avançaient, plus les policiers apprenaient des informations de plus plus en compromettantes sur le présumé auteur des faits. La perquisition effectuée dans le local sensé être son domicile a permis de mettre la main sur un couteau similaire à celui retrouvé sur les lieux du crime.

Ainsi face aux preuves accablantes, le suspect ne pouvait que reconnaître les faits à cause desquels il s’est retrouvé entre les mains des officiers de police judiciaires (OPJ) qui l’interrogeaient. Il a finalement jugé nécessaire de collaborer avec ces derniers. C’est comme cela qu’il a détaillé la façon dont cette histoire a éclaté entre lui et son copain du même groupe.

S’il faut croire le présumé auteur du crime, la victime serait allé le voir à son travail pour lui demander de lui prêter de l’argent. C’était pour acheter de la drogue pour sa consommation du weeck-end. Comme il n’avait pas d’argent à lui prêter, « Nano Will » proposa de gager son téléphone portable contre la somme de cinq mille francs (5 000 FCFA) chez le boutiquier du coin. Il s’est engagé à payer l’argent emprunté dans un bref delai. Ainsi dit, ainsi fait. Mais à l’échéance, chacun des deux devraient débourser la somme de 2500 FCFA. Car la drogue achetée était partagée et consommée par les deux copains. Les choses auraient dégénéré le jour du paiement de la dette du boutiquier. Et le drame s’en est suivi. Car, la victime n’aurait pas respecté sa parole s’acquittant de sa dette.

Il s’est avéré que les deux copains du même groupe agissaient de la même manière depuis toujours, pour avoir de l’argent et acheter de la drogue à consommer à deux. Et, s’il faut croire nos sources, ils s’entendaient bien dans cette façon de faire. La preuve. Il semble que la victime avait déjà deux autres téléphones avec son bourreau, prêtés dans les mêmes conditions pour la même histoire d’achat de stupéfiant.

Comme si les preuves ci dessus citées étaient insuffisantes, les policiers ont approfondi leurs enquêtes. Ils ont fini par comprendre que le suspect est connu dans leurs archives. Il venait juste de quitter la prison après y avoir passé six mois pour détention et consommation de stupéfiant. Ironie du sort, comme nous ont expliqué les policiers, cela faisait un an, jour pour jour, qu’il était interpelé pour la seconde fois. Son dossier a été diligenté, il a été déféré au parquet du tribunal de Kati et placé sous mandat de dépôt. Contrairement aux motifs de sa première interpellation, le malheureux attend cette fois de comparaître pour assassinat.

Tamba CAMARA

Laisser une réponse