Faits divers : Les braqueurs des «1008-logements»

0
356

Samedi soir, des hommes «cagoulés» ont ciblé divers endroits aux 1008-Logements de Yirimadio et à la Cité BMS. Ils sont repartis avec un butin incluant de fortes sommes d’argent et des objets de valeur. Les policiers sont à leurs trousses

Des braqueurs relativement bien armés se sont attaqués, samedi dernier à quatre endroits différents. Cela s’est passé aux «1008-Logements» en Commune VI du district de Bamako. Pour en savoir davantage sur cette opération de banditisme digne d’un film Western, nous avons approché les policiers du commissariat du 13è arrondissement, dont relève le secteur concerné.
C’est aux environs de 19-20 heures que les limiers du 13è arrondissement ont reçu des informations faisant état de trois à quatre braquages quasi-simultanés survenus aux «1008-Logements» et à Banankabougou-Bollé. Aussitôt, les éléments du commissaire divisionnaire, Ibrahim Togola, se sont transportés sur les lieux avec pour mission de faire échec à cette opération des malfrats. Une opération survenue à une heure où même les couche-tôt n’avaient pas encore regagné leurs couchettes et où les rues étaient loin d’être vides.
Quelque part dans un coin des «1008-Logements», quatre bandits portant des cagoules et circulant sur deux motos Jakarta sont arrivés devant une maison qui sert à la fois de cyber et de lieu de vente de téléphones portables et accessoires. S’il faut croire notre source, tout laissait à comprendre aisément que c’était un travail de vrais professionnels du vol à main armée. La preuve. Une fois sur place, deux des quatre hommes armés sont restés dehors pour monter le guet et neutraliser d’éventuels intrus, voire alerter leurs complices au cas où…
Entre-temps, les deux autres, armes aux poings, ont fait irruption dans le local pour braquer le gérant et toute autre personne qui s’y trouvait. Ils ont commencé par un tir de sommation. Histoire d’intimider les tenanciers et lever toute équivoque dans l’esprit des plus sceptiques sur le fait qu’ils n’hésiteraient pas à faire feu au cas où un récalcitrant tenterait de s’opposer à leur projet.
Comme sur place tout le monde (y compris des clients) tenait à vivre quelques années encore, personne n’a bronché. Et très calmement, les bandits ont exigé du gérant de leur montrer l’endroit où l’argent est déposé. Ainsi dit, ainsi fait. Ils se sont retirés avec une somme que notre source, citant le gérant lui-même, a estimé à plus d’un million de francs CFA. Puis, les quatre quidams ont démarré leurs engins pour disparaître devant leurs victimes éberluées et impuissantes. Entre-temps, les policiers ont reçu l’information. Mais à leur arrivée, ils trouveront que les auteurs de l’attaque avaient détalé. Mais c’était pour s’attaquer à une boutique similaire, non loin, et à la seule différence que cette dernière faisait, outre le commerce téléphone et accessoires, le transfert d’argent. L’échoppe en question est située, selon notre source, juste à l’entrée de la citée BMS, toujours aux «1008-Logements».
Là également, sans donner plus de précision, notre source explique qu’ils auraient emporté plusieurs dizaines de milliers de francs CFA. Une fois l’argent empoché, ils ont mis les gaz pour s’enfuir. Direction : un dépôt de boisson situé à Banankabougou-Bollé. Là aussi, ils n’ont pas eu besoin de changer de modus operandis. Deux des bandits montent le guet dans la rue et les deux complices armés font irruption dans le local pour tenir les tenanciers en «respect» avec leurs pistolets. Résultat : plus de 3 millions de francs CFA en espèces emportés.
Dans la foulée, les malfrats se sont emparés d’un ordinateur portable et d’une tablette appartenant au propriétaire des lieux. Même certains des clients qui ont eu la malchance d’être au mauvais endroit au mauvais moment ont été dépossédés de leurs biens.
L’opération était loin de se terminer pour des bandits qui avaient certainement ciblé leurs victimes. Avant de se retirer définitivement, ils se sont attaqués à une agence de transfert d’argent d’un des opérateurs de téléphonie mobile de la place. Mais, il semble que ceux qui géraient l’agence avaient une légère avance sur les bandits. Ils se seraient enfuis juste à la dernière minute pour se réfugier chez un voisin du quartier. Bref, c’était le travail de véritables bandits professionnels.
«Ce qui vient de se passer est extraordinaire. Nous demandons la collaboration de la population pour mettre la main sur ces bandits. Et nous sommes sûrs qu’avec l’aide de ces populations et de Dieu Tout-Puissant nous les mettrons hors d’état de nuire très prochainement», a souhaité le capitaine de police Bakary Timbina Sanogo qui a conduit les éléments sur le terrain durant des heures pour pouvoir mettre la main sur ces malfrats qui ont réalisé une opération rondement menée.
Espérons qu’ils ne profiteront pas longtemps du butin. En tout cas, ils sont activement recherchés par la police.

Mohamed TRAORÉ

Laisser une réponse