Filière mangue : NÉCESSAIRE REDYNAMISATION

0
196

La mangue peut être plus rentable à l’exportation pour les acteurs de la filière

«Atelier de  diagnostic de la dynamique d’organisation de la filière mangue du Mali en interprofession», c’est l’intitulé d’un groupe de travail qui s’est penché hier sur l’analyse systémique de ladite filière. Cette rencontre est une initiative du projet Evaluation systémique de la dynamique d’organisation des agricoles en interprofession et ses effets sur la performance des exploitations familiales et de l’employabilité agricole.
L’atelier s’est tenu dans la salle de conférence de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG) de Bamako.
L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du vice-doyen de la (FSEG), Pr Georges Hady Keïta. C’était en présence du coordinateur dudit projet, Dr Ousmane Mariko, du président des interprofessions mangues du Mali, Moctar Fofana.
Cette rencontre vise à faire une analyse systémique de la dynamique d’organisation des filières agricoles en interprofession et ses effets sur la performance des exploitations familiales et de l’employabilité agricole. C’est un projet de la FSEG, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à travers le Fonds compétitif pour la recherche et l’innovation technologique (FCRIT). Démarré cette année pour une durée de 4 ans, le projet Evaluation systémique de la dynamique d’organisation des agricoles en interprofession et ses effets sur la performance des exploitations familiales et de l’employabilité concerne l’ensemble des filières agricoles qui connaissent une dynamique d’organisation en interprofession agricole.
Financé à hauteur de 160 millions de Fcfa, il cible les régions de Sikasso et Koulikoro ainsi que le district de Bamako. Pour le Dr Ousmane Mariko, les filières agricoles sont aujourd’hui organisées en interprofession pour permettre à différentes familles d’accroître leurs productivités. Cet atelier, a-t-il expliqué, repose sur une large consultation de l’ensemble des familles membres de l’interprofession mangue, les décideurs et les partenaires techniques et financiers.
Dr Ousmane Mariko a indiqué que la finalité de ces travaux consiste à établir un diagnostic exhaustif des familles d’acteurs considérées individuellement et de l’interprofession mangue dans sa globalité. Par ailleurs, Dr Mariko précisera que ce projet s’attèle à établir un diagnostic organisationnel et institutionnel des interprofessions agricoles.
Pour ce faire, il y a lieu, a-t-il soutenu, de soumettre chacune d’elles à un atelier de diagnostic.
Selon le rapport du bilan de la campagne 2016, la quantité totale de mangues produites est estimée à 66. 669 contre 66.049 tonnes en 2015. En ce qui concerne les exportations, le volume de mangues exportées est de 40.457 tonnes en 2016 contre 38.528 tonnes en 2015.
Y. T

Laisser une réponse