Financement de l’économie : La BEI prête 6 milliards de FCFA À Kafo Jiginew

0
465

Signature des documents par les différentes parties

La Banque européenne d’investissement (BEI) vient d’accorder un prêt de 6 milliards de Fcfa à l’institution de micro finance Kafo Jiginew pour financer les petites et moyennes entreprises. La cérémonie de signature de la convention de mise à disposition de ce crédit a été présidée hier par la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargée du Budget, Mme Barry Aoua Sylla. Il y avait également la ministre de l’Investissement privé, des Petites et moyennes entreprises et de l’Entrepreneuriat national, Safia Boly, la représentante de la Banque européenne d’investissement, Jane Feehan et le directeur général de Kafo Jiginew, David Dao.
Après avoir salué l’octroi de cette enveloppe qui sera remboursée sur un délai de sept ans, le directeur général de Kafo Jiginew affirmera que cette dette va permettre d’élargir considérablement l’offre de services financiers de son institution. Ainsi, 60.000 microcrédits devront être accordés à au moins 90.000 petits exploitants agricoles et entrepreneurs, a-t-il précisé.
Pour David Dao, la qualité de la gestion, le sens élevé de l’engagement, la rentabilité, le dynamisme des ressources humaines sont les raisons qui expliquent le choix de cette banque européenne sur Kafo Jiginew, une institution nantie de 12,5 milliards de Fcfa de fonds propres, 37 milliards de Fcfa d’épargne, 420.000 membres et de 750 employés permanents. Il a, par ailleurs, rassuré les partenaires européens et le gouvernement malien que la structure, née en 1987, restera engagée dans sa mission qui consiste à venir en aide aux populations n’ayant pas accès aux services des banques.
Enfin, le patron de Kafo Jiginew a promis que ces 6 milliards de Fcfa seront utilisés en soutien aux investissements rentables, créateurs d’emplois, de valeur ajoutée et dont les risques sont acceptables.

Quant à Jane Hane, elle a qualifié d’historique cette convention qui renforce davantage le partenariat entre le Mali et la BEI.
«Kafo Jignew joue un rôle important pour le développement rural. Nous avons travaillé avec cette institution, il y a dix ans pour autonomiser les femmes et soutenir les ménages, à travers le financement d’activités génératrices de revenus», a témoigné la représentante de la BEI, en rappelant que le professionnalisme des acteurs de Kafo Jiginew a permis aux populations rurales de surmonter la crise du coton et de faire face aux dérèglements climatiques, comme certaines précipitations anormales de l’année passée.
La ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargée du Budget a renseigné que Kafo Jiginew est la plus grosse institution de micro finance au Mali en termes de dépôts collectés, de crédits distribués couvrant les zones urbaines et rurales.
Pour Aoua Sylla, ce crédit que la BEI met à la disposition de Kafo Jiginew, est générateur de ressources longues pour accompagner le financement et le développement des activités.
«Ce crédit sera affecté aux financements des équipements agricoles, des équipements des petites et moyennes entreprises et des micros entreprises», a-t-elle informé, en précisant que la pertinence et l’opportunité de cette convention résident dans sa contribution à promouvoir des activités génératrices de revenus, à travers des crédits consentis aux micros entreprises individuelles ou collectives, aux entreprises formelles ou informelles.
Selon le représentant de l’Union européenne, le Mali continue à faire face à des défis sécuritaires, sociaux et climatiques, qui empêchent un développement constant et porteur d’une croissance économique génératrices d’emplois, de taxes et d’impôts pour l’État. «Il faut, dans ce contexte, un secteur privé fort, réactif, efficace, formalisé, capable de fournir des services, d’être aussi un opérateur de l’État», a estimé Gésa Steammer.
Il a par ailleurs annoncé que l’UE démarrera la phase pré-programmation de son prochain cycle multi-annuel 2021-2027, projet qui aura comme objectif la facilitation de l’accès aux financements pour les opérateurs économiques et l’amélioration du climat des affaires afin qu’il soit propice aux investissements locaux et étrangers.

Lassana NASSOKO

Laisser une réponse