Fleuve du Niger : une journée de sensibilisation pour les hommes de Médias

0
268

Chaque être vivant a besoin de l’eau pour survivre. Sans elle, l’être humain, les plantes ainsi les animaux, tous, périraient. Cette pensée semble avoir été bien comprise par le Cadre de concertation des directeurs de publication (CCDP). C’est, d’ailleurs, pour cela, qu’il a, en collaboration avec l’Agence du bassin du fleuve Niger (ABFN), organisé mercredi dernier, une journée d’information et de sensibilisation  des hommes de médias sur le fleuve Niger. La rencontre, était présidée par le directeur général adjoint de l’ABFN, Moussa Diamoye en présence du coordinateur du CCDP, Aboubacar Bany Zan et du représentant de la Maison de la presse, Mahamadou Talata Maïga.

Cette 1ère édition du CCDP entendait, non seulement faire un exposé de différentes agressions de l’Homme sur le fleuve, mais également mettre l’accent sur les missions et les grandes réalisations de l’ABFN.

« Le fleuve Niger, notre bien le plus précieux qui prend sa source en Guinée, traversant le Mali, le Niger, le Bénin pour se jeter dans l’océan Atlantique au Nigéria, vit depuis des décennies des moments périlleux. Cela est dû au comportement abusif et mercantiliste de l’Homme », a déclaré le coordinateur du CCDP. Il  a argumenté que ce fleuve est agressé partout. « Des eaux usées de toutes sortes y sont déversées, des constructions anarchiques dans le lit du fleuve se font chaque jour », a précisé Aboubacar Bany Zan avant d’inviter ses confrères à y faire un tour pour faire le constat.

Ces mauvaises pratiques, selon lui, compromettent la consommation de l’eau potable par la population. Par ailleurs, Aboubacar Bany Zan a invité les hommes de médias à mener de véritables campagnes d’information et de sensibilisation auprès des populations afin qu’elles changent de comportement dans l’exploitation du fleuve Niger.

En outre, le coordinateur de CCDP a remercié l’ABFN pour son  soutien. Aussi, il a affirmé que le CCDP ne cesse de capitaliser les différentes activités de formation, d’information et de sensibilisation des hommes de médias sur la pratique. « Le CCDP s’engage à primer le meilleur article de presse et le meilleur reportage radio sur la présente journée ».

Auparavant, le directeur général adjoint de l’ABFN avait indiqué que ce fleuve est la seule source vitale pour nous et nous devons la protéger. Sans eau, il n’y à pas d’agriculture,  d’élevage et de pêche, donc pas d’existence. « Beaucoup d’activités socio-économiques sont pratiquées sur ce fleuve, et parfois, de façon irresponsable », a-t-il révélé, ajoutant qu’il compte sur les hommes de médias pour les relayer dans la campagne de sensibilisation afin de pouvoir changer le comportement de la population. De son côté, Mahamadou Talata Maïga a salué l’initiative. Il a réitéré le soutien indéfectible de sa structure dans l’accompagnement des activités du Cadre.

 Mariam F. DIABATE

Laisser une réponse