Foi : Dans la concorde

0
272

«Avec un doigt il est impossible de saisir un caillou». À l’instar de cet adage, il est dans nos contrées nombre de proverbes et d’aphorismes qui rappellent à l’individu l’importance d’une certaine coordination entre les membres d’une communauté lorsqu’il s’agit d’entreprendre quelque action d’envergure susceptible de produire un effet positif. Il en va de même des oulémas qui, dans leurs propos, exhortent régulièrement les fidèles à resserrer leurs rangs.
Cet appel ne se limite pas uniquement à faire tenir le maximum d’individus dans un minimum d’espace lorsque les fidèles se retrouvent pour se consacrer à des invocations. Mettant en exergue certaines caractéristiques de l’islam qui considère la communauté musulmane comme une entité organique, les oulémas relaient diverses recommandations contenues dans le Saint Coran : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans la transgression. » (5:6). Dans le même esprit, il est enjoint aux fidèles musulmans : « Unissez-vous par les liens du Tout-Puissant, et ne vous divisez pas ».
L’islam étant connu depuis bien longtemps de toutes les grandes civilisations de par le monde, diverses tentatives de regroupement ont été entreprises par ses adeptes pour acquérir le droit de professer leur confession. Suivant leur ancrage dans les sociétés éloignées des zones qui ont vu éclore la dernière religion révélée, ces communautés sont astreintes à un effort constant d’adaptation, afin de ne pas se laisser marginaliser ou réduire à la clandestinité. Les colloques et autres célébrations d’évènements religieux leur offrent ainsi l’opportunité de se regrouper, d’échanger les points de vue sur les problèmes actuels auxquels sont confrontées ces communautés.

Un débat sur «la spiritualité comme contribution à la stabilité familiale», a ainsi permis à de nombreux musulmans de différents pays de s’interroger sur leur place dans une société laïque. Au cours de l’examen de cas concrets, des leaders d’associations religieuses musulmanes ont référé leur auditoire aux textes fondamentaux de l’islam, en invitant les fidèles à se tenir à l’écart de tout extrémisme, synonyme d’obscurantisme, étranger à l’islam.
L’un des théologiens a souligné à cette occasion qu’il leur revenait d’inciter les musulmans dans les sociétés dominées par d’autres courants de pensées, «d’évoluer vers une pratique religieuse éclairée, avec l’adaptabilité au contexte laïc de leur environnement». Il a rappelé à cet effet que l’islam comporte des règles, mais dispose également de dérogations dont l’usage ne serait pas inconvenant lorsque les règles ne peuvent être strictement appliquées. L’occasion était opportune pour rappeler les principes majeurs de la Révélation coranique, notamment la préservation de la foi, de la vie, de la raison, des biens matériels et de la dignité. Il notera ainsi que la préservation de la vie donne parfois lieu à une levée temporaire de ce qui est proscrit en temps normal, comme le fait d’avoir recours en termes de nourriture à un produit banni.
Appelant les fidèles à assumer leurs responsabilités dans leurs foyers, le théologien soulignera la nécessité d’inculquer aux jeunes les principes élémentaires de la religion pour leur équilibre et celui de la société. Il est rappelé à ce sujet que : « Celui qui renie les faux dieux et voue sa foi au Seigneur aura saisi une anse irréfragable. Le Tout-Puissant entend tout, sait tout ». (2:256).
A. K. Cissé

Laisser une réponse