Gao : Deux civils blessés lors d’une patrouille mixte

0
149

Avec l’insécurité grandissante dans la Cité des Askia, des patrouilles mixtes des Forces de défense et de sécurité, composées des éléments de la gendarmerie, de la police nationale et de la garde nationale, sillonnent la ville nuit et jour pour sécuriser les populations et leurs biens.
C’est dans le cadre d’une de ces patrouilles que dans la nuit du 5 au 6 août dernier, les agents ont tenté de contrôler un conducteur de tricycle au rond-point du quartier Château, mais celui-ci a pris la fuite. Ils ont alors fait des tirs de sommation pour qu’il s’arrête. Une autre patrouille venant en sens inverse croyait être visée par ces tirs.

Ses éléments ont ainsi ouvert le feu, blessant du coup deux jeunes civils de passage. Il s’agit de Mohamed Boubèye Maïga dit Lambert et Ahmadou Cissé. Cet incident malheureux a choqué de nombreux jeunes de la ville qui ont brûlé des pneus devant la devanture du commissariat de police et celle de l’hôpital régional où les blessés ont été admis.

Le lendemain, les mêmes jeunes ont fait un attroupement de 15 h à 19 h devant le gouvernorat pour réclamer justice pour les victimes. En vue de ramener le calme, le conseiller aux affaires administratives et juridiques du gouverneur de Gao, Alousseyni Mahamane, a réuni tous les responsables politiques, les notabilités, la société civile et les responsables des jeunes manifestants. C’était en présence du commandant du théâtre des opérations-Est «Maliko», le général Ouahoun Koné. La rencontre a permis aux uns et aux autres de s’exprimer sur cet incident malheureux.
Le président du Conseil communal des jeunes de Gao, Sidi Tonka Cissé, a demandé que les auteurs de cette fusillade soient punis et que les blessés soient pris en charge par les Forces de défense et de sécurité. Le commandant du théâtre des opérations-Est «Maliko» a rappelé que les missions régaliennes des Forces de défense et de sécurité consistent à protéger les personnes et leurs biens. Il a remis 500.000 Fcfa pour la prise en charge des deux blessés.

Le directeur général de l’hôpital de Gao, Dr Youssouf Touré, a indiqué que l’un des blessés est sorti de l’hôpital et que la vie de celui qui est resté n’est pas en danger. Mais il a demandé aux manifestants de cesser les attroupements devant l’hôpital pour que le personnel puisse travailler en toute quiétude.

Abdourhamane Touré
Amap-Gao

Laisser une réponse