Gao : Les communautés se consultent pour le retour au calme

0
227

Les représentants des différentes communautés se sont engagés à s’impliquer dans la recherche de la paix

Dans la nuit de jeudi à vendredi 21 août 2020, des événements douloureux ont eu lieu à Gao, causant trois morts et plusieurs blessés par balle. Tout a commencé lorsqu’un jeune homme a tiré à bout portant en plein jour sur un vigile montant la garde au centre commercial devant un point de vente d’or au 6è Quartier. Après son forfait, le malfaiteur a emporté l’arme de la victime. Dans sa fuite, il a été poursuivi par une foule et appréhendé au 7è Quartier où il a été lynché. Ensuite, les magasins des commerçants ont été vandalisés, provoquant une tension vive dans la ville. Des actes de violence s’en ont suivis.

En vue de ramener le calme et la cohésion entre les communautés de la Région de Gao (songhoy, arabe, peulh et tamashek), une rencontre d’échanges s’est tenue dimanche dernier sous l’égide du gouverneur de région, le général de brigade, Sidiki Samaké. C’était en présence du maire de la commune urbaine de Gao Boubacar Dacka et du premier vice-président de l’Autorité intérimaire régional, Zeïd Ag Mohamed.

Dans son intervention, l’élu de Bourem, Mohamed Ould Matali, a remercié le gouverneur de Gao et l’ensemble de la population pour les efforts déployés dans la stabilisation de la région. Il s’est dit favorable à la création d’une commission adhoc qui fera des propositions au gouverneur.

Le chef d’état-major du mouvement «Ganda-Izo», Ibrahim Issa Diallo, a souligné la nécessité d’associer toutes les communautés dans la résolution de la crise. Pour lui, la meilleure solution, c’est de dénoncer les malfaiteurs quelle que soit leur communauté.

Le leader de la communauté arabe, Nema Ould Sidi Hamed, a laissé entendre que pour la première fois les Arabes ont senti que l’Armée malienne n’était pas à Gao uniquement pour une seule communauté. «Au cours des événements douloureux que nous avons vécus, les Forces de défense et de sécurité ont sécurisé les personnes et leurs biens de toutes les communautés vivant à Gao», a-t-il témoigné.

Quant au porte-parole de la jeunesse songhoy, Sidi Tonka Cissé, il a dénoncé les pillages perpétrés sur les commerces, avant de demander aux autorités régionales de traquer les auteurs des actes qui compromettent le vivre ensemble dans la région.

Après avoir condamné les événements douloureux, le gouverneur de la région a proposé des pistes de solutions parmi lesquelles on retient le désarmement de toutes les communautés. Selon le général Sidiki Samaké, une enquête est ouverte pour démasquer les auteurs de ces actes de vandalisme contre les commerçants arabes.

Il faut signaler qu’après le déclenchement de ces évènements malheureux, les Forces de défense et de sécurité sont intervenues pour maintenir le calme. C’était avec le concours de la Minusma et de la force française Barkhane.

Abdourhamane TOURÉ
Amap-Gao

Laisser une réponse