Génie militaire : Neuf agents prêts à intervenir sur les engins explosifs improvisés

0
307

La 5è session de formation en «instruction sur les Engins explosifs improvisés» (EEI) au Centre de déminage et de déposition du Génie militaire a pris fin. Pendant 11 semaines, 9 stagiaires de la direction du Génie militaire ont été outillés aux techniques d’intervention sur les Engins explosifs improvisés par des spécialistes en déminage de l’Unmas (Programme du service de l’action anti-mine des Nations-unies).
La cérémonie officielle de fin de formation s’est déroulée hier sur la Place d’armes du Génie militaire. L’évènement était présidé par le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général de brigade Daouda Dembélé, représentant le chef d’état-major général des armées. C’était en présence du représentant du directeur de l’Unmas-Mali, Eric Fournier, ainsi que de plusieurs hauts gradés de l’Armée malienne et des forces partenaires.
La cérémonie a débuté par la revue des troupes, suivie des mots de bienvenue du chef de corps du 34è bataillon du Génie militaire, le lieutenant-colonel, Sidi Lamine Traoré.

Dans son intervention, le sous-directeur des études et de la formation du Génie militaire, le commandant Hassane Maïga, indiquera que cette cérémonie consacre la clôture de la 5è session de formation sur les techniques d’intervention sur les engins explosifs improvisés.
Les objectifs de cette formation EEI, a-t-il précisé, sont, entre autres, de doter la direction du Génie militaire d’une capacité I-EEI en vue de renforcer les capacités de la police nationale, de doter les forces de défense et de sécurité d’une composante opérationnelle afin de répondre à toutes découvertes d’EEI sur les théâtres d’opérations et dans les grandes villes, de répondre à une demande d’appui ponctuel formulée par les ETA, ou autres entités engagés dans les opérations spécialisées.

Il s’agit aussi de détruire ou neutraliser les équipements découverts, armements, munitions, explosifs abandonnés ou dissimulés par les groupes armés. Félicitant les stagiaires et leurs formateurs, le commandant Hassane Maiga a témoigné de sa satisfaction à l’ambassade des Etats-Unis pour les donations en matière de déminage et d’instruction au profit du centre de déminage et de déposition.
A son tour, le représentant de l’Unmas-Mali a rappelé que la multiplication des épisodes violents et l’utilisation d’engins explosifs sur une partie croissante du territoire sont pour chacun d’entre nous des grands facteurs d’inquiétudes.
Pour Eric Fournier, l’appropriation, l’autonomisation et le renforcement des capacités sont autant de principes guidant notre action à vos côtés. «Les progrès considérables ont été enregistrés notamment grâce à une relation basée sur la confiance», a-t-il déclaré.

En réitérant l’engagement de sa structure auprès de la direction du Génie militaire, il affirmera qu’«Ensemble, nous devons poursuivre nos efforts afin de répondre aux effets dévastateurs posés par les menaces explosifs, et ensuite renforcer la résilience des populations vulnérables». Le porte-parole des stagiaires, adjudant Mahamadou Coulibaly, a remercié les formateurs pour la qualité de leur encadrement, avant d’affirmer que l’ensemble des stagiaires sont désormais bien outillés et prêts à intervenir sur les EEI. La remise des attestations et badges au major de la formation, le sergent Mohomodou Sadou, ainsi qu’aux 2è et 3è, le sergent-chef Eric ELE Amara et le sergent Dabo Fonta, a été faite respectivement par le chef d’état-major de l’armée de l’air, le directeur du Génie militaire et le représentant de l’Unmas. La cérémonie a aussi été marquée par la remise symbolique des équipements de déminages au directeur du Génie militaire.
Auparavant, l’assistance avait ovationné la présentation d’un opérateur EEI en intervention et les démonstrations effectuées par plusieurs robots démineurs guidés par l’officier d’atténuation de la menace explosive de l’Unmas, Phillippe Tiglio.

Aboubacar TRAORE

Laisser une réponse