Gestion intégrée des ressources en eau : La nécessité de mobiliser l’ensemble des acteurs

0
258

La création des agences de l’Eau fait partie des défis de la GIRE

La 9è Assemblée générale du Partenariat national de l’eau du Mali (PNE-MALI) a eu lieu, jeudi dernier, au gouvernorat du district de Bamako. La cérémonie d’ouverture était présidée par le conseiller technique au ministère de l’énergie et de l’Eau, Dr Madou Nimaga, en présence du président du PNE-Mali, Navon Cissé, et du président du Partenariat mondial de l’eau pour l’Afrique de l’Ouest (GWP-OA), Amadou Hama Maïga.
La présente Assemblée des partenaires se tient sept mois après l’adoption de la nouvelle stratégie 2020-2025 de Global Water Partnership (GWP) par ses instances d’orientation et de décision et son lancement officiel. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient, entre autres, le bilan technique et financier des activités menées au titre de l’année 2019, le projet de programme de travail et le budget de l’année 2020.
Dans son allocution le président du PNE-Mali a remercié le ministre de l’énergie et de l’eau pour la confiance placée au PNE-Mali dans le cadre de la mise en œuvre de certaines activités du PCA-GIRE. Pour Navon Cissé la réussite de la GIRE passe par l’adhésion de tous les acteurs. « Malheureusement, cette adhésion est encore insuffisante à tous les niveaux au Mali. Pour inverser cette situation, le PNE-Mali doit être plus actif dans le domaine du renforcement des capacités des acteurs nationaux en matière de GIRE. Pour cela, il a besoin de la confiance et du soutien de tous », a-t-il souligné.
Parlant du bilan de l’année 2019, le président du PNE-Mali a rappelé, entre autres, le parachèvement de la tournée GIRE à l’endroit des services techniques de l’état, des collectivités et des Parlementaires autour de la GIRE ; la tenue de l’atelier de restitution des résultats de la tournée d’information et de sensibilisation des services techniques de l’État, des Collectivités et des Parlementaires sur la GIRE ; l’élaboration du plan d’action issu des recommandations de la tournée GIRE ; l’élaboration d’un annuaire GIRE ; la participation à la mission de coopération GIRE aux Pays-Bas et l’élaboration d’un protocole de collaboration avec le partenaire néerlandais de l’eau et dont la signature est prévue en marge de cette Assemblée. Pour sa part du président du Partenariat mondial de l’eau pour l’Afrique de l’Ouest a expliqué qu’aujourd’hui le GWP-AO compte 13 PNE sur un potentiel de 15. Dix dont le PNE-Mali ont l’accréditation des 13 régions que compte le réseau mondial. Pour le Pr Amadou Hama Maïga, le modèle GWP-AO se présente comme le plus avancé des régions de GWP en ce sens qu’il est fondé sur des PNE plus ou moins robustes fonctionnant sur le même modèle et avec les mêmes exigences de gouvernance que la région. De son côté, le conseiller technique au ministère de l’énergie et de l’Eau a indiqué qu’au niveau national, les défis de la GIRE ont pour nom, entre autres, l’amélioration de la compréhension de ce qui est vraiment la GIRE et de sa nature trans-sectorielle pour toutes les parties prenantes, le lancement des 3 grands chantiers du premier plan opérationnel du Programme national GIRE (PNGIRE) qui sont, la création des agences de l’eau, la mise en œuvre de la redevance GIRE (utilisateur-payeur et pollueur-payeur) et la mise en œuvre d’une police de l’eau, la poursuite d’un vaste programme de communication à l’attention de toutes les parties prenantes, qui devra s’inscrire dans toute la durée de la mise en œuvre du PNGIRE.
Selon Dr Madou Nimaga, pour réussir l’atteinte des objectifs pour la mise en œuvre de la GIRE et l’appropriation des cibles des ODD à tous les niveaux, il est nécessaire de mobiliser l’ensemble des acteurs, d’où toute l’importance du rôle du PNE-Mali qui œuvre depuis sa création en 2003 au renforcement des capacités des acteurs nationaux en matière de GIRE. Il a exhorté les participants à une grande assiduité en vue de formuler des recommandations pertinentes visant l’accélération de la mise en œuvre de la GIRE, seul gage de l’atteinte des ODD dans le secteur de l’eau au Mali.

Amadou
GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse