Gestion intégrée des ressources en eau : UN ATELIER POUR LA RÉORIENTATION DES ACTIVITÉS DU PROGRAMME CONJOINT D’APPUI

0
731

Des participants à l’atelier du Programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau (PCA-GIRE)


Mandé Hôtel a abrité, hier, la cérémonie d’ouverture de l’atelier du Programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau (PCA-GIRE) sous la présidence du conseiller technique du ministère de l’Energie et de l’Eau, Navon Cissé. C’était en présence, entre autres, du conseiller technique Paul Coulibaly, représentant du ministre de l’Agriculture, Abdourhamane Oumar Touré, directeur général de l’Agence du bassin du fleuve Niger (ABFN), représentant le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable et du représentant de l’ambassade des Pays Bas, Moumouni Damango.
Dans son intervention, la coordinatrice nationale du PCA-GIRE a remercié tous les participants venus des différents services techniques, en l’occurrence le directeur national de l’Hydraulique, Yaya Boubacar, les partenaires techniques et les représentants de structures techniques de pays voisins comme la Guinée Conakry. Mme Cissé Youma Coulibaly a indiqué qu’après deux ans et demi de mise en œuvre du PCA-GIRE, les parties impliquées ont commandité une évaluation à mi-parcours. Une des principales recommandations de cette évaluation, a-t-elle précisé, est de procéder à la réorientation du PCA-GIRE afin de disposer d’un programme qui répond au mieux, aux besoins et réalités des acteurs du Mali et de la Guinée Conakry tout en mettant un accent particulier sur les aspects techniques, politiques et institutionnels. L’atelier qui se déroulera sur 4 jours permettra d’échanger sur les activités et les indicateurs de performance pour les années 2019 et 2020.
Prenant la parole, le conseiller technique Navon Cissé a rappelé que de 2015 à nos jours, le PCA-GIRE a enregistré des résultats encourageants notamment dans le cadre du renforcement des capacités techniques des directions nationales de l’Hydraulique ainsi que des laboratoires de qualité de l’eau du Mali et de la Guinée et leurs démembrements. Cela a permis d’améliorer le suivi des ressources en eau et du développement d’outils d’aide à la décision. Navon Cissé a, en outre, fait remarquer que l’année 2017 a été marquée par une étape importante pour le programme GIRE. Le Programme GIRE a fait l’objet d’évaluation à mi-parcours assortie de conclusions et recommandations, dont la gestion a fait l’objet de plusieurs échanges entre les différentes parties prenantes, notamment le département en charge de l’eau, la direction nationale de l’Hydraulique, les ambassades des royaumes des Pays Bas et de la Suède et l’ONG Wetlands international.
Navon Cissé a souligné que le département en charge de l’eau accorde une importance particulière à la GIRE. Ainsi, pour créer les conditions d’une meilleure mise en œuvre de la GIRE, il a été entrepris le processus de relecture de la politique nationale de l’eau qui sera assortie de 4 programmes nationaux de mise en œuvre, dont le programme national de gestion intégrée des ressources en eau (PNGIRE). Navon Cissé a assuré que le département en charge de l’eau prendra toutes les dispositions nécessaires pour consolider et valoriser les acquis du PCA-GIRE. Il s’agira de définir une vision à long terme et diversifier les sources de financement pour créer un cadre pérenne de la GIRE, en mettant l’accent sur les complémentarités et les synergies.
Le conseiller technique a réitéré aux partenaires techniques et financiers, en l’occurrence les ambassades des royaumes des Pays Bas et de la Suède la reconnaissance et la gratitude du gouvernement pour leur appui au développement du secteur de l’eau. Il a souhaité que les travaux de l’atelier puissent aboutir à des orientations pertinentes sur les acquis du programme basés sur la théorie du changement afin d’avoir un PCA-GIRE réorienté à l’horizon 2019-2020.
Moriba COULIBALY

Laisser une réponse