Gouvernance locale, citoyenneté et paix : Une campagne pour la pleine participation des jeunes

0
79

Cette campagne vise l’éveil de conscience des jeunes sur leurs droits et devoirs civiques

Le ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile, Amadou Thiam, a procédé, mardi à Bamako, au lancement officiel du projet «Campagne de sensibilisation pour la pleine participation de la société civile dans le renforcement de la gouvernance locale, la citoyenneté responsable et l’engagement dans la consolidation de la paix ».
C’était en présence de la représentante de la Minusma, Joane Adamson, celui de la Jeune chambre internationale du Mali (JCI-Mali), Kalifa Diakité et de plusieurs autres invités.
Cette campagne vise l’éveil de conscience des jeunes sur leurs droits et devoirs civiques, l’implication de ceux-ci dans la gestion de la chose publique et dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.
Initié par la Coalition des alternatives africaines dette et développement Mali (CAD-Mali) et la JCI, ce projet est financé par la Minusma à hauteur de 81,79 millions Fcfa. Cette campagne, qui a commencé en décembre 2019, durera jusqu’au mois de juin prochain. Les localités concernées sont Kidal, Tombouctou, Mopti, Ségou, Bandiagara, Ménaka, Gao, Tessalit, Djenné, Taoudenit, Douentza et Bamako.
Selon la représentante de la Minusma, le Conseil de sécurité des Nations unies, dans sa résolution 2480, a renouvelé sa volonté à encourager et à soutenir la pleine mise en œuvre de l’Accord, en favorisant notamment la véritable participation de la société civile. « C’est dans ce cadre que la Minusma soutient la capacité des organisations des jeunes afin qu’elles puissent s’engager et participer activement à la réussite du processus de paix en cours », a déclaré Joane Adamson.
Pour sa part, le ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile a indiqué que l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et de la consolidation de la paix reste une préoccupation importante du gouvernement.
Cette amélioration, selon lui, doit venir de l’intérieur et être appropriée par les citoyens, ajoutant que les organisations de la société ont un rôle clé à jouer dans ce sens. «Elles doivent participer, légitimer et entériner la politique et l’action gouvernementale. Elles doivent également jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre des engagements de l’état tout en collaborant à l’effort national de développement», a exhorté Amadou Thiam.
B. D

Laisser une réponse