Gouvernance locale : CRI 2002 ÉCLAIRE LE PROCESSUS DE DÉSIGNATION

0
387

Le Cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie (CRI 2002) a initié le lundi 27 mai 2019 une journée d’engagements publics pour les chefs de quartier du district de Bamako. Cette journée était animée par le président de CRI 2002, Dr Abdoulaye Sall, en présence du maire de la Commune IV, Adama Berété, du coordinateur général des chefs de quartier, El Hadji Bamoussa Touré, ainsi que plusieurs chefs de quartier.
Il était question de renforcer les capacités des chefs de village, de fraction et de quartier afin qu’ils assimilent les modalités de nomination des chefs de village, de fraction et de quartier. Le président du CRI 2002 a rappelé que le gouverneur du district a constaté qu’il y a beaucoup de chefs de quartier intérimaires au niveau de Bamako. Ce qui est contraire aux dispositions de la loi qui limite cette période intérimaire à seulement 12 mois d’exercice. Dr Abdoulaye Sall a apporté des éclaircissements utiles en précisant que pour la désignation du chef de village, fraction ou quartier, il faut d’abord que la vacance du poste soit constatée par une décision du gouverneur du district. S’il s’agit des cercles, cette vacance doit être constatée par les préfets.
Dès que la vacance du poste de chef de quartier est constatée, les conseillers en place désignent parmi eux un conseiller qui devient chef de quartier intérimaire pour une durée d’un an au maximum. Cette période intérimaire doit permettre d’apaiser et de résoudre les contentieux, s’il y en a. « Sur la base du procès-verbal établi, le représentant de l’Etat dans la Commune ou dans le district procède à la consultation des conseillers de village, de fraction ou de quartier en vue de requérir la proposition du village, de la fraction ou du quartier. A l’issue de la consultation, il transmet avec avis le dossier au représentant de l’Etat dans le cercle ou dans le district », a expliqué l’animateur.
Pour le Dr Abdoulaye Sall, les chefs de village et leurs conseillers constituent la clé du développement local pour une décentralisation réussie. « C’est dans cette dynamique que nous sommes là. Ainsi après avoir mis à la disposition des conseillers et des chefs de quartier de Bamako, de Mopti, de Ségou, de Sikasso les répertoires des chefs de quartier, de village et de fraction, nous sommes en train de les accompagner pour qu’ils les installent officiellement », a conseillé Dr Sall. « Ces derniers doivent jouer leurs rôles dans la construction ou la bonne gouvernance de la démocratie et la décentralisation dans notre pays », a-t-il ajouté.
Le coordinateur général des chefs de quartier du district de Bamako a salué cette initiative du président de CRI 2002. Il a remercié l’association pour ses soutiens à l’endroit des chefs de quartier afin de leur permettre de connaître leurs rôles et leurs droits dans l’exercice de leurs fonctions. El Hadji Bamoussa Touré a exhorté les chefs de quartier à privilégier l’intérêt de la nation, en évitant les partis pris.
Amadou
GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse