Gouvernement de la Transition du Mali: La voix discordante du M5-RFP

0
380

Au cours d’une conférence de presse tenue hier, les leaders du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) ont nié toute représentation au sein du gouvernement de transition. Ils ont expliqué ce qui s’est passé entre leur mouvement et le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) dans le processus de mise en place de la Transition.
D’entrée de jeu, Dr Choguel Kokalla Maïga, le porte-parole du Mouvement a indiqué que le comité stratégique a décidé d’organiser cette conférence de presse pour expliquer en détail ce qui s’est passé entre le M5-RFP et le CNSP, d’une part et d’autre part entre le Mouvement et les autorités de la Transition.

Dans la déclaration lue par Ibrahim Ikassa Maïga, le M5-RFP a rappelé qu’en tant qu’acteur majeur du processus de changement voulu par le peuple, il a tenu à s’impliquer au premier plan à la conception de l’architecture de la Transition avec l’ensemble des forces vives de la nation. C’est pourquoi, le Mouvement a entamé, depuis le 26 août, une collaboration avec le CNSP dans le but de préserver les impératifs et les visions du changement. Malheureusement, dira-t-il, «le peuple malien est témoin tous les jours des multiples manquements à la parole donnée de la part les officiers sous serment».

Le M5-RFP a indiqué que contrairement au communiqué officiel publié, il n’était pas représenté au collège de désignation du président et du vice-président de la Transition. Concernant la nomination du Premier ministre, a révélé Ibrahim Ikassa Maïga, les autorités avaient dit au M5-RFP que ce poste revenait de droit au Mouvement. Le dépôt de 14 candidatures s’explique par le fait qu’aucune concertation n’a pu être faite au sein du Mouvement en quelques heures, a fait savoir Ibrahim Ikassa Maïga.

Selon lui, c’est la même démarche qui a prévalu dans le processus de formation du gouvernement intervenu, alors que le Premier ministre était en discussions avec la délégation du M5-RFP. «Le M5-RFP indique qu’il n’a pas de représentants dans le gouvernement formé le 5 octobre et aucun membre ne peut se réclamer de lui ou prétendre agir en son nom», a précisé Ibrahim Ikassa Maïga. Pour lui, la composition du gouvernement de la Transition viole la loi N°052 sur la promotion du genre et cette équipe n’est porteuse, ni de la rupture avec le système que le Mouvement a combattu, ni du changement auquel le peuple malien aspire.

Le M5 RFP regrette «la quasi absence des jeunes dans le gouvernement tout autant que le fait que les profils de nombreux ministres ne correspondent pas aux missions assignées». Le Mouvement dénonce également la mainmise du CNSP sur le gouvernement par le contrôle direct ou indirect de près des 2/3 des ministères. Et rappelle que les délais des déclarations publiques des biens ont déjà expiré pour certaines autorités de la Transition qu’il invite à se mettre à jour, conformément aux dispositions légales.

Dieudonné DIAMA

Laisser une réponse