Grève illimitée des magistrats : L’ASSEMBLÉE NATIONALE S’IMPLIQUE POUR UN DÉNOUEMENT RAPIDE

0
513

L’Assemblée nationale, à l’initiative de son président, est à pied d’œuvre pour rapprocher les protagonistes de la crise qui paralyse les juridictions de notre pays depuis plusieurs semaines. Commis à la tâche de conduire cette mission de bons offices, l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia, président de la commission des lois constitutionnelles, de la justice et des institutions de la République, a rencontré, hier au siège de l’Institution parlementaire, trois membres du gouvernement concernés par le dossier: le ministre de la Justice, Tièna Coulibaly, celui de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé et Mme Diarra Raky Talla, en charge du Travail, de la Fonction publique et des Relations avec les Institutions de la République.
Au sortir de l’entrevue, qui aura duré plus d’une heure d’horloge, l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia a justifié le bien-fondé de cette démarche du parlement national, en mettant en exergue l’impact négatif de ce débrayage sur la vie de la nation. «C’est pourquoi nous avons, conformément aux instructions du président de l’Assemblée nationale et en vertu de l’article 89 de notre règlement intérieur, commencé des séances d’information», a précisé le député, avant d’informer qu’ils ont déjà reçu les syndicats des magistrats et les directeurs nationaux de la gendarmerie et de la police.
De ces séances d’écoute, les députés en ont déduit une réelle volonté des différentes parties à renouer le dialogue. Aucune d’entre elles «ne veut aller à la rupture», s’est réjoui l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia qui a annoncé que la représentation nationale fera prochainement « des recommandations pertinentes pour permettre une sortie de crise rapide».
Concrètement, les députés entendent agir de sorte que les deux points d’achoppement (sécurisation des juridictions et la relecture du statut des magistrats) puissent évoluer. Déjà, a confié Zoumana N’Tji Doumbia, le gouvernement a déjà produit un projet de sécurisation des juridictions qui «doit être peut-être amélioré par les syndicats des magistrats». Aussi, le gouvernement est disposé de façon globale à traiter les questions de salaire et à apporter une réponse par rapport à la relecture du statut des magistrats.
Optimiste, l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia s’est dit persuadé en disant: «il y aura un dénouement rapide, parce qu’il y va du bon fonctionnement de la nation». En effet, a-t-il rappelé, des centaines de détenus gardés à vue attendent d’être mis à la disposition du parquet. S’y s’ajoutent ceux qui attendent leur jugement. Par ailleurs, les postulants aux élections législatives de 2018 auront besoin d’actes essentiels qui ne peuvent être délivrés que par la justice.
Issa DEMBÉLÉ

Laisser une réponse