Handball, super coupe : L’USFAS FAIT COUP DOUBLE

0
860

L’édition 2019 de la super-coupe s’est disputée le jeudi 14 mars au Palais des sports Salamatou Maïga L’événement était présidé par le président de la Fédération malienne de handball (FMHB), général Soumana Kouyaté, en présence du secrétaire général de la ligue de handball du District, Mamadou Coulibaly. Deux finales étaient au programme.
La finale féminine qui a opposée le Centre omnisports de Lafiabougou (COL) et l’USFAS et la confrontation des Messieurs qui a mis aux prises l’USFAS et le Sigui de Kayes. Les deux finales ont tourné à l’avantage de l’USFAS qui s’adjuge, ainsi, les deux premiers trophées de la saison. Chez les filles, les USFASiennes ont dominé le COL 30-27, alors que la formation masculine a écrasé le Sigui de Kayes 28-18.
Pour la finale des filles, chacune des deux équipes a eu sa mi-temps. La première période a été dominé par l’équipe de la Commune IV 18-16 mais au retour des vestiaires, les militaires ont renversé la vapeur, en s’imposant 30-27, à la grande joie de leur entraîneur, Issa Sanou. «En réalité, c’est l’expérience qui a parlé. Nous avons une équipe un peu vieillissante, alors que la formation adverse est très jeune. Il était très difficile de suivre leur rythme, c’est pourquoi, j’ai demandé à mes joueuses de temporiser en première période. En seconde période nous sommes montés en puissance et on a renversé la situation», a commenté le coach de l’USFAS, Issa Sanou avant de se projeter vers les prochaines échéances, notamment le championnat national et la coupe du Mali. «L’objectif de l’USFAS est très clair, nous visons les deux trophées majeurs de la saison, c’est-à-dire, le titre de champion du Mali et le trophée de Dame coupe», a martelé Issa Sanou.
Du côté du COL, l’entraîneur Youssouf Maïga a imputé la défaite de l’équipe à la mauvaise prestation de certaines joueuses. «Les enfants ont baissé les bras en deuxième période, mais notre problème principal a été la défense. Notre gardienne titulaire a voyagé ce matin même (jeudi, ndlr), sa remplaçante souffre du genou et n’a pu être alignée. Mais ce n’est pas grave, j’ai une équipe jeune, elle s’est bien défendue et n’a pas démérité. Nous allons continuer à travailler et Inch Allah on tentera de faire mieux la prochaine fois», a analysé Youssouf Maïga.
Pour la finale masculine, les militaires n’ont pas eu besoin de forcer leur talent pour s’imposer face au Sigui de Kayes. Ils ont dominé leurs adversaires de la tête et des épaules et n’ont laissé aucun doute sur leur supériorité. Dès la première période l’USFAS a affiché ses ambitions en déroulant 13-7. A la reprise, elle continuera sur la même lancée face à des Kayesiens dépassés par la vivacité de leurs adversaires. Score final : 28-18, soit 10 points de différence. «L’USFAS était supérieure, mais je pense que nous avons commis beaucoup d’erreurs qui ont facilité la tache de notre adversaire. Il y a eu des erreurs de replacement et les enfants n’ont pas également respecté les consignes en deuxième période. Mais sur l’ensemble du match, je pense que l’équipe a montré des choses intéressantes et prouvé qu’elle a sa place dans l’élite», a déclaré l’entraîneur du Sigui, Seydou Diakité.
Le président de la FMHB, général Soumana Kouyaté a félicité les quatre formations pour leur prestation qui, dira-t-il, «se sont bien comportées et ont produit du spectacle». «Nous avons assisté à deux matches de niveau acceptable. Dans les deux camps, c’était une opposition entre l’expérience et la jeunesse. Au niveau des hommes, l’équipe du Sigui a été profondément remaniée. Cette remarque vaut aussi pour les filles. Dans l’ensemble, les joueuses de Lafiabougou se sont bien comportées et auraient pu prétendre au sacre. Mais c’était très difficile, face aux expérimentées joueuses de l’USFAS», a analysé le premier responsable du handball national.

Boubacar THIERO

]]>

Laisser une réponse