Haut conseil des collectivités : LA RÉFORME CONSTITUTIONNELLE AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS

0
639

5 avril 2002 – 5 avril 2019, cela fait 17 ans que le Haut conseil des collectivités (HCC) a été institué dans notre pays. Pour commémorer cet anniversaire, l’institution a organisé, jeudi dernier, un atelier à Selingué sur le thème : “La réforme constitutionnelle et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali : bicamérisme”.
La cérémonie était présidée par le président du HCC, Mamadou Satigui Diakité en présence du maire de la Commune de Baya, Magatte N’Diaye, du président du conseil de cercle de Yanfolila, Seydou Diakité et du préfet du cercle de Yanfolila, Tahirou Koïté.
La rencontre visait à échanger sur des sujets d’actualité, notamment ceux qui concernent la promotion de la décentralisation, la raison d’être de l’institution. « Pour une forte mobilisation des collectivités territoriales en faveur de la réforme constitutionnelle pour le bicamérisme (système politique à deux assemblées représentatives) » et « 17 ans au service du développement socio-économique des collectivités territoriales du Mali », étaient les slogans que l’on pouvait lire sur des banderoles.
D’entrée de jeu, le président du HCC a rappelé que depuis 2002, son institution a pris l’habitude de commémorer son anniversaire dans différentes localités du pays. Mamadou Satigui Diakité a souligné que ce 17è anniversaire de l’institution donne l’opportunité de déplorer les affrontements qui continuent d’embraser certaines communautés, notamment en 5è région.
“Face à cette situation, nous réitérons et maintenons notre soutien au gouvernement pour les mesures prises en 2018, concernant le désarmement systématique de tous les détenteurs d’armes, les titulaires de permis de port d’armes et la suspension de la délivrance de ce document au niveau des régions”, a-t-il affirmé.
Le responsable du HCC s’est aussi exprimé sur le thème de la rencontre. A ce propos, il a indiqué que la Constitution du 25 février 1992 a certes eu un parcours glorieux mais elle doit s’adapter aux réalités du moment. C’est pourquoi, expliquera-t-il, après les deux tentatives de réforme des anciens présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a relancé le processus afin de corriger les insuffisances et adapter la Constitution au contexte sociopolitique du moment.
En outre, Mamadou Satigui Diakité a souligné que la mise en place de la deuxième chambre du Parlement, une composante des réformes, est l’une des recommandations fortes des états généraux de la décentralisation. Cette rencontre a regroupé en 2013 des milliers de participants du Mali et d’autres pays.
Le président du HCC a également saisi l’occasion pour exprimer les attentes de son institution. A cet effet, il a cité, entre autres, le renseignement sur l’historique et l’évolution du bicamérisme à travers le monde, la contribution du bicamérisme dans l’amélioration et la consolidation de la démocratie ainsi que les avantages et les inconvénients de la cohabitation des deux chambres.
Quant au maire de la Commune de Baya, il s’est réjoui de la tenue de cette rencontre dans sa circonscription. Il a exhorté les participants à une bonne implication afin de combler les attentes des organisateurs.
« Le bicamérisme nous inspire à plus d’un titre car il nous permettra d’avoir des notions élémentaires sur la nouvelle réforme », a indiqué Seydou Diakité.
Se prononçant sur le transfert de pouvoir du HCC au Sénat, le président du conseil de cercle de Ynafolila a invité le Haut conseil des collectivités à ne ménager aucun effort pour défendre le point de vue des collectivités et exprimer les vraies préoccupations des élus locaux à la nouvelle institution.
Enfin, il a remercié le président du HCC et l’ensemble des conseillers nationaux pour le choix porté sur Sélingué.

Mariam F. DIABATé

]]>

Laisser une réponse