Hommage aux martyrs de mars 1991 : L’Émotion reste intacte

0
323

Fidèle à la tradition, notre pays a célébré, hier, l’anniversaire (le 29è) de la Journée des martyrs de mars 1991 ou «vendredi noir». Le temps fort de la cérémonie a été le dépôt d’une gerbe de fleurs au Carré des martyrs par le ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Hamadou Konaté. C’était en présence du président de l’Association pour la défense des victimes de la répression (ADVR), Abdoulaye Dembélé et de quelques membres de cette association. La cérémonie s’est déroulée dans une relative sobriété, en raison des mesures de prévention prises par les autorités contre la pandémie du coronavirus. Actualité oblige, le ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté a félicité le gouvernement pour la décision prise afin que notre pays demeure fermé à cette pandémie du Covid-19 et s’est réjoui du fait que la célébration de la journée des martyrs s’est déroulée dans le respect strict des mesures des autorités.

Ainsi, il a salué le travail de l’ADVR qui, dira-t-il, a su faire preuve de son esprit républicain et démontrer ses capacités en tant qu’association citoyenne, en faisant en sorte que cette commémoration se fasse sans contredire les dispositions prises par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. «Je voudrais encore une fois prier avec vous pour le repos de l’âme de tous ceux qui, dans le cadre de la répression de mars 1991, ont perdu la vie pour le Mali», a confié le ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, avant d’indiquer que l’anniversaire de cette année est placé sous le signe de la lutte pour la survie et la grandeur du Mali. Hamadou Konaté a invité les Maliens, dans leur ensemble, à se rappeler le devoir de fidélité vis-à-vis de la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie pour notre pays. Pour sa part, le président de l’ADVR a indiqué qu’il place cet anniversaire sous le signe de la paix, de la cohésion et de l’intégration Abdoulaye Dembélé a ajouté que le Mali a besoin de ses enfants pour relever les nombreux défis liés à son développement. Il a, ensuite, rendu un vibrant hommage aux victimes des répressions de janvier-mars 1991 dont le combat et le sacrifice ont permis à notre pays de vivre, aujourd’hui sous une ère démocratique.

Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse