Infrastructures du PRAPS : UN LÉGER RETARD DANS L’EXÉCUTION DES TRAVAUX À KOUTIALA

0
180

La ministre Maguiraga visitant la ferme de Souleymane Tigana

Après l’étape de Yorosso et de Koury, la ministre de l’Elevage et de la Pêche, Dr Kané Rokia Maguiraga, a visité samedi dernier à Koutiala quelques infrastructures réalisées dans le cadre du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS). A son arrivée, le chef du département de l’Elevage et de la Pêche, accompagnée des membres de son cabinet, a été accueilli par les autorités locales. Kané Rokia Maguiraga a visité notamment le grand marché à bétail en cours de réalisation et l’étal de boucherie moderne. Il est important de souligner que ces infrastructures accusent du retard quant à l’exécution des travaux.
Souleymane Diarra, directeur technique du PRAPS et coordinateur par intérim du PRAPS PADEL (Projet d’appui au développement de l’élevage), a expliqué que ce retard est dû au fait que l’entreprise de construction a pris un peu de temps avant de venir sur le chantier, environ deux mois sur un marché de quatre mois. Il a aussi ajouté qu’au lieu de déployer les équipes en même temps sur les différents chantiers, l’entreprise a voulu avancer d’un côté avant de s’occuper de l’autre. Et de souligner que l’hivernage et les jonglages que les entreprises font pour avoir le personnel nécessaire ont compliqué la situation.
Cependant, Souleymane Diarra a sassuré qu’il suffit de multiplier les efforts et le nombre des employés pour rattraper le retard. Il a signalé aussi que dans le cercle de Koutiala, le PRAPS a réalisé des infrastructures marchandes composées de marchés à bétail, d’aires d’abattage, d’étals de boucherie et aussi la réhabilitation de bâtiments de services vétérinaires.
Même si les travaux accusent du retard, les éleveurs saluent les réalisations. Selon Samba Maïga, éleveur de son état, les avantages de ces infrastructures sont énormes à plus d’un titre. Elles contribueront à réduire les difficultés des éleveurs. « Ces infrastructures serviront d’abri pour les marchands et à leurs animaux et aussi d’espace de stockage des aliments de bétail ».
Samba Maïga de poursuivre : « Au marché de bétail, les animaux sont en sécurité et surtout nous sommes très satisfaits des châteaux réalisés, nous remercions le gouvernement et l’ensemble de ses partenaires techniques et financiers ».
Après cette étape, la ministre et sa délégation ont mis le cap sur la ferme laitière de Souleymane Tigana qui a bénéficié d’un financement de l’Etat. Dans cette ferme, les constants sont éblouissants. Souleymane Tigana a, à son actif, 15 vaches laitières dans sa ferme, dont six de la race locale et 9 de la race métissée. Selon lui, la production varie de 15 à 20 litres par jour, la race locale produit 6 à 8 litres par jour et la race améliorée produit de 10 à 12 litres par jour.
La ministre s’est dit satisfaite de la visite. « Tigana a reçu un financement du projet. Je constate que tout ce qu’il a reçu comme formation est appliqué chez lui. Nous avons 15 fermes dans la région de Sikasso dont la ferme de Tigana. Les animaux ont été inséminés, il y a des races locales laitières et des races métissées grâce à ce projet. Aujourd’hui, nous avons constaté que la production laitière de Tigana est beaucoup plus élevée qu’avant », s’est réjouie Dr Kané Rokia Maguiraga qui a bouclé sa visite au centre de collecte de lait de Koutiala où elle a échangé avec les responsables pour s’enquérir des difficultés auxquelles ils font face.
Le PRAPS concerne 39 cercles et 220 communes dont le cercle de Koutiala. «Nous avons commencé la visite par Yorosso, et maintenant à Koutiala j’ai constaté qu’il y a un retard dans l’exécution des travaux. Ce projet a un budget de 24 milliards de Fcfa. Nous comptons beaucoup sur le projet pour relever les défis d’amélioration de la santé animale, les défis d’amélioration de l’alimentation. Nous avons pris des dispositions pour soulager les pasteurs et les agro-pasteurs, et aussi améliorer leurs revenus », a-t-elle précisé.
Au cours de son séjour dans la Capitale de l’Or blanc, la ministre, accompagnée du maire de la Commune urbaine de Koutiala, Oumar Dembélé, et du préfet du cercle de Koutiala, Youssouf Niaré, a rendu une visite de courtoisie aux notabilités notamment le chef du village Seïbou Ouattara et le grand imam de la mosquée de Koutiala, Moussa Dembélé. Le premier s’est dit très heureux de la visite de la délégation ministérielle. Il a saisi l’occasion pour inviter le gouvernement à prendre soin des sous-secteurs de l’élevage et de la pêche qui constituent un des piliers du développement économique. Pour Seïbou Ouattara, il est important de promouvoir ces secteurs afin que les pauvres puissent trouver de la satisfaction. Selon lui, l’élevage et la pêche, notamment la pisciculture, sont des moyens de création d’emplois pour les jeunes.
Quant à l’imam, il a fait des bénédictions avant de procéder à une séance de prière pour le retour de la paix et la stabilité dans le pays.
Makan
SISSOKO

Laisser une réponse