INFSS : UN CENTRE D’EXCELLENCE POUR ACCUEILLIR LE MASTER EN MANAGEMENT DES SCIENCES DE SANTÉ

0
524
L’établissement a été retenu à la suite d’une sélection rigoureuse au niveau sous-régional

L’Institut national de formation en science de la santé (INFSS) a été retenu comme centre d’excellence régional pour abriter le Master en management des services de santé dans le cadre de la mise en œuvre du Projet autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD), en partenariat avec la Banque mondiale, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), et l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS).
La cérémonie solennelle de lancement s’est déroulée, vendredi dernier, dans les locaux de l’institut, sous la co-présidence du secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Kinane Ag Gadeda, et de celui du département du Plan et de l’Aménagement du territoire, Seydou M. Traoré. On notait aussi la participation de la représentante du maire de la Commune III, Madame Néné Soukouna, et de nombreux invités.
Le secrétaire général du ministère du Plan s’est réjoui de l’honneur fait à notre pays, à travers l’INFSS, pour abriter l’un des 3 centres régionaux d’excellence, chargés d’assurer la formation diplômante, notamment le master en sciences infirmières, et obstétricales.
L’IFNSS a été retenu à la suite d’une sélection rigoureuse au niveau sous-régional. Ce qui traduit la performance des réformes, engagées par les autorités de l’enseignement supérieur pour assurer une formation de qualité des cadres maliens et de la sous-région aux services des administrations publiques, du secteur privé, et de nos formations sanitaires, a souligné Seydou M. Traoré
Selon lui, l’un des défis majeurs de l’Afrique subsaharienne en général, et du Sahel en particulier, c’est de fournir des services de santé de base de qualité à l’ensemble des populations, et plus particulièrement au couple mère-enfant, afin d’accélérer la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.
Par ailleurs, il a rappelé que les six pays du Sahel (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), ont décidé dans le cadre du projet SWEDD de renforcer les institutions de formation des sages-femmes, en vue d’augmenter leur nombre et améliorer la qualité de ces mains précieuses et d’autres personnels impliqués dans l’offre des services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle dans les zones rurales.
L’UNFPA et l’OOAS ont lancé un appel à manifestation d’intérêt dans les 6 pays couverts par le projet avant de conduire une mission d’évaluation des institutions candidates. Cette évaluation a permis de retenir trois centres d’excellence, notamment l’Institut national de formation des agents de santé (INFAS) d’Abidjan, qui abrite le master en pédagogie des sciences de la santé, l’INFSS de Bamako, en charge du master en management des services de la santé et l’Ecole nationale de santé publique (ENSP) de Niamey. Celle-ci accueille le master en gynécologie obstétrique.
Le secrétaire général du ministère de l’Education nationale a exprimé sa gratitude au chef de l’Etat et au gouvernement pour l’attention qu’ils portent à l’autonomisation de la femme, à la scolarisation et au maintien des filles à l’école.
Le Projet SWEDD vise principalement à améliorer le niveau d’autonomisation des femmes et des jeunes filles en vue de leur permettre d’accéder plus facilement aux services de santé de la reproduction, et à accroître les investissements dans les programmes et les interventions visant l’autonomisation de la femme, a expliqué le secrétaire général du département de l’Education
Pour Kinane Ag Gadeda, ce nouveau master intègre les appuis et investissements du projet en faveur de l’INFSS pour une enveloppe globale, évaluée à plus de 800 millions de Fcfa, et ayant servi, entre autres, à financer l’évaluation des programmes et des capacités, la dotation en matériels roulants (un bus de 55 places, 6 véhicules pick-up, et 20 motos de supervision), la dotation en matériels informatiques. Il a aussi exhorté les étudiants des six pays, à faire preuve d’assiduité pour honorer leurs pays respectifs.
Yaya DIAKITé

]]>

Laisser une réponse