Jeunesse et stabilisation du Mali : LE PROJES AMORCE SA PHASE ACTIVE

0
222

Neuf mois après son démarrage, le Programme jeunesse et stabilisation (PROJES) a tenu, vendredi dernier, son premier comité de pilotage. L’événement, présidé par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah, a enregistré la présence des représentants des organisations concernées par sa mise en œuvre. On peut, entre autres, citer le chef de la Coopération de l’Union européenne, Geza Strammer, les directeurs de l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ– Mali), Jürgen Koch et du PORJES, Jean Philippe Susplagas. C’était au Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) en présence du maire de Kati, Yoro Ouologuem, et des représentants des services publics centraux et décentralisés.
La tenue de ce premier comité a consisté à la présentation de l’état d’exécution des activités durant ces neuf premiers mois d’existence du projet. Il s’agissait aussi pour eux d’exposer aux participants les perspectives pour le projet.
Ainsi, suivant les mots de bienvenue du maire de la Commune urbaine de Kati, le directeur de la GIZ, chargée de la mise en œuvre du PROJES, a exposé, dans une intervention laconique, les grandes lignes des activités enclenchées par le projet. A ce propos, Jürgen Koch a cité la réalisation d’activités génératrices de revenus au compte des jeunes et des femmes, sans préciser ni le nombre ni le coût. À ce bilan, s’ajoute le démarrage de plusieurs autres activités liées à l’éducation et à l’accès à l’eau potable dans les régions de Ségou et Mopti, concernées par le PROJES qui est financé à hauteur de 30 millions d’euros, soit plus d’un milliard de Fcfa par l’Union européenne pour une durée de trois ans, a-t-il informé. Assurant que plusieurs autres activités prévues ont été déjà entamées, M. Koch a rassuré que son organisation, qui œuvre aux côtés du Mali depuis des décennies, ne ménagera aucun effort pour la réussite du PROJES.
L’occasion était alors bonne pour le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation de confirmer l’intérêt de ce projet en matière de stabilisation et développement de notre pays. Boubacar Alpha Bah dira à ce propos que le PROJES contribuera, à travers des activités d’échange et d’actions en faveur des personnes déplacées, à la restauration des conditions d’un dialogue entre les communautés. Cela, en diffusant, selon lui, des messages d’apaisement et du vivre ensemble, et en créant aussi des opportunités d’emplois et d’activités génératrices de revenus au profit de la jeunesse.
Les jeunes, selon le ministre Bah, nécessitent une attention particulière de la part des politiques publiques. Car, «si l’on s’en tient aux dernières données du récensement, la population de moins de 40 ans représente 85% de la population totale. Le taux de jeunes en âge de travailler s’élève à 40% de la population», a justifié le ministre Bah.
Rappelons que le PROJES s’inscrit dans le cadre des stratégies nationales favorisant le retour de la paix, notamment dans les régions de Ségou et Mopti. À ce titre, il promeut la stabilisation et le redressement socio-économique, notamment chez les jeunes, en travaillant à l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base dans les zones concernées, sur les plans sécuritaire et des infrastructures.
Amadou B. MAÏGA     

Laisser une réponse