Jeux africains : Mali, un bilan en deçà des attentes

0
286

             Marine Fatoumata Camara, médaillée argent, a été la satisfaction du Mali aux 12 Jeux africains
Deux médailles d’argent et autant de médailles de bronze. Telle est la moisson des athlètes maliens aux 12è Jeux africains qui se sont achevés samedi à Rabat. Les deux médailles d’argent ont été remportées par la boxeuse Marine Fatoumata Camara et la sélection nationale féminine de basket-ball 3X3, alors que les deux médailles de bronze sont à mettre à l’actif de l’équipe nationale d’escrime (sabre) et du combattant de taekwondo Seydou Fofana. Aucune médaille d’or n’a donc été remportée par les athlètes maliens qui étaient présents dans une dizaine de disciplines (football, basket-ball 3X3, athlétisme, escrime, boxe, tennis, jeu d’échecs, judo, karaté, taekwondo, natation, etc.). Disons-le sans ambages, c’est un échec pour notre pays, dont l’objectif, faut-il le rappeler, était de battre le record de deux médailles d’or qui date des 1ers Jeux africains de Brazzaville (1965).

La grosse déception est venue des arts martiaux (taekwondo, karaté, judo) qui étaient représentés par une quinzaine d’athlètes, mais qui n’ont récolté, en tout et pour tout, qu’une petite médaille de bronze, œuvre du combattant de taekwondo Seydou Fofana. Celui-ci a, quelque peu sauvé les meubles pour cette discipline, sans toutefois réussir à rééditer l’exploit réalisée par Aminata Makou Traoré et Ismaël Coulibaly, sacrés, respectivement aux Jeux africains de 2013 et 2015. Seydou Fofana est le seul pratiquant d’arts martiaux qui a réussi à atteindre le dernier carré à Rabat, tous les autres athlètes maliens sont tombés, soit au premier tour, soit en quarts de finale. Cette remarque vaut aussi pour l’athlétisme qui a encore montré ses limites, face à l’élite continentale. En l’absence de Fodé Sissoko (blessé) qui était considéré par nombre d’observateurs comme un prétendant sérieux au podium du 200m, les autres athlètes n’ont pas fait le poids. Comme les combattants d’arts martiaux, tous ont été prématurément éliminés, à l’image de Moustapha Traoré, Coumba Sidibé (200m), Mamadou Chérif Dia (triple saut) ou encore Emilie Dia (marteau).
Aux échecs, nos quatre représentants (Bakary Traoré, Abdoulaye Coulibaly, Claris Koné, Ténin Nato Diakité) ont terminé 12è de la compétition, alors qu’au tennis, Seydou Diallo et Abdoulaye Bagayoko ont été éliminés, respectivement en quarts (abandon pour cause de blessure) et au premier tour. Les nageurs sont également retournés au bercail sans médailles.

Finalement la satisfaction de ces 12è Jeux africains est venue de là où on l’attendait le moins, c’est-à-dire de la boxe féminine, avec la belle prestation de Marine Fatoumata Camara qui a décroché la médaille d’argent dans la catégorie des 57kg. Pour sa première participation aux Jeux africains, la Franco-Malienne a été, sans conteste, l’une des attractions du tournoi de boxe et malgré son échec en finale à face la Botswanaise Kenosi Sadie, force est d’admettre que la nouvelle ambassadrice de la boxe malienne a écrit une belle page de l’histoire du noble art de notre pays et marqué les esprits des spectateurs du Complexe sportif Amal de Rabat. Et l’histoire ne fait que commencer pour la native de Clamart (France) qui martèle à qui veut l’entendre que son objectif est de se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020 et «porter haut les couleurs du Mali» au pays du Soleil levant.

L’autre satisfaction des jeux de Rabat est la sélection nationale féminine de basket-ball 3X3 qui s’est également illustrée, en décrochant la médaille d’argent. Certes, Djénéba N’Diaye et ses coéquipières (Assétou Diakité, Alima Dembélé, Aïssata Maïga) auraient pu prétendre à la plus haute marche du podium, tant elles ont impressionné lors des matches de poules et en demi-finale contre la RD Congo. Mais en décrochant la deuxième place du tournoi, le quatuor a fait honneur au basket-ball malien et prouvé qu’on peut compter sur elles pour les échéances à venir. L’équipe a raté de justesse la médaille d’or, en s’inclinant en finale, contre le Nigeria (19-21). A l’issue du temps réglementaire, les deux équipes étaient à égalité 19-19 et il a fallu attendre les prolongations pour voir les Nigérianes l’emporter avec deux points d’écart (21-19). A la fin de la rencontre, le public du Complexe sportif Sofitel a rendu un vibrant hommage à la sélection malienne, en réservant un long standing ovation à Djénéba N’Diaye et à ses coéquipières et en scandant le nom du Mali.

Envoyé spécial
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse