Journée de l’Europe : SOUS LE SIGNE DE LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL

0
410

Plusieurs ministres ont pris part à la réception organisée par l’ambassadeur de l’Union européenne, Alain Holleville


L’édition 2018 de la Journée de l’Europe a vécu. L’Union européenne a décidé que 2018 sera «l’année européenne du patrimoine culturel» avec pour slogan : «notre patrimoine : quand le passé rencontre l’avenir».
L’ambassadeur de l’Union européenne (UE), Alain Holleville, a dans ce cadre organisé, mercredi en sa résidence sise à Badalabougou, une réception pour la commémoration de cette journée. Plusieurs invités y étaient: le ministre de la Défense et des Anciens Combattants Tiéna Coulibaly, qui a représenté son homologue des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, les ministres des Droits de l’homme (Kadidia Sangaré Coulibaly), de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Assétou Founé Samaké Migan), du Travail et de la Fonction publique, chargée des Relations avec les Institutions (Mme Diarra Raki Talla).
Plusieurs autres personnalités étaient présentes dont les anciens Premiers ministres Ahmed Mohamed Ag Hamani et Moussa Mara, les anciens ministres Gaoussou Drabo et Mamadou Igor Diarra. Les chefs de missions diplomatiques et consulaires et les représentants des organisations internationales ainsi que les représentants des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu de processus d’Alger ont également participé à la fête de l’Europe.
Comme chaque année, le 9 mai, «Journée de l’Europe» célèbre dans le monde entier la paix et l’unité de l’Europe. Cette année, l’accent est mis sur le patrimoine culturel. «Ne soyons plus Anglais, ni Français, ni Allemands. Soyons Européens», déclarait Victor Hugo. L’ambassadeur de l’EU a indiqué que cette déclaration constitue le socle de l’Europe devenue UE qui entretient une relation toute particulière avec l’Afrique, en contribuant au développement du continent. «Je rappellerais à cet égard que l’Europe compte 453 sites inscrits, soit près de la moitié du patrimoine mondial défini par l’UNESCO. «Nul n’ignore le cas très particulier de Tombouctou, exemple à la fois du meilleur et du pire», a -t-il indiqué en expliquant que le pire était «la destruction de monuments et de manuscrits, des pertes irréparables». Quant au meilleur, c’est à la fois «la notoriété et le prestige universels du lieu et la mobilisation internationale».
Il s’agit, en définitive, de «donner du sens à son identité, la faire évoluer, préparer son peuple, si heureusement jeune à forger lui-même son destin». Par ailleurs, il a déclaré que l’année en cours représente pour le Mali, à la fois un défi et une formidable opportunité. Il citera la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation et la préparation d’élections majeures qui doivent être inclusives, crédibles, reconnues et acceptées par tous.
Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéna Coulibaly, a salué une coopération exemplaire et dynamique et a souhaité une joyeuse fête de 09 mai à nos amis de l’Europe.
Il a ajouté que la Journée de l’Europe est également l’occasion de mettre en avant les symboles de l’unité de l’Europe.
Cette année, a indiqué Tiéna Coulibaly, la commémoration de la Journée de l’Europe intervient au Mali dans un contexte marqué par la poursuite de la mise en œuvre par le gouvernement et les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu de processus d’Alger et l’organisation de l’élection présidentielle.
C’est dans ce cadre, a-t-il poursuivi, que le Premier ministre a effectué une visite du 22 au 25 à l’intérieur du pays, successivement dans les régions du Nord et celles du Centre, pour délivrer un message de paix aux populations des zones visitées et partager avec elles, l’engagement ferme du gouvernement. Le ministre a soutenu que le gouvernement met tout en œuvre pour améliorer les conditions de vie dans les zones touchées par la crise sécuritaire. «Je voudrais citer des avancées considérables enregistrées en dépit de difficultés dans le cadre de la mise en œuvre, notamment la signature par toutes les parties, de nouveaux chronogrammes en mars 2018, dans le but de conjuguer les efforts en vue de préserver la cohésion nationale et promouvoir la paix et la sécurité», a-t-il déclaré. Toute chose qui, de son point de vue, permettra l’accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et créera un climat propice à l’organisation d’une élection inclusive et transparente sur toute étendue du territoire.
Maimouna SOW

Laisser une réponse