Journée internationale de la jeunesse : Des acquis à consolider

0
251

Elle est commémorée pour attirer l’attention des décideurs sur les préoccupations de la jeunesse

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, hier, dans la plus grande discrétion du fait de la Covid-19, la Journée internationale de la jeunesse que consacre le 12 août de chaque année sous le thème : «L’engagement des jeunes pour une action mondiale». Mais en hommage au rôle de premier plan joué par la jeunesse malienne dans la lutte contre la pandémie, le thème national retenu est intitulé : «Rôle de la jeunesse malienne dans la riposte contre la Covid-19».

La Journée a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies, le 27 novembre 1999 et depuis 2000, elle est commémorée à l’échelle planétaire afin d’attirer l’attention des décideurs sur les préoccupations de la jeunesse et célébrer le potentiel des jeunes en tant que partenaires dans la société.
Elle représente une opportunité pour les jeunes de faire entendre «leur voix» et de participer à la mise en œuvre des actions initiées à leur intention. C’est aussi un moment de réflexion, de prise de conscience collective tant par les pouvoirs publics, les partenaires techniques et financiers, tant par la société sur le devenir de la jeunesse.
Le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des Sports, Amadou Diarra Yalcouyé a lancé un appel vibrant à la jeunesse pour son engagement et sa mobilisation en faveur du processus de développement, de la paix et de la cohésion sociale.
À travers le thème, les Nations unies cherchent à améliorer la représentation et l’engagement des jeunes dans la sphère politique institutionnelle formelle. «La confiance des citoyens dans les institutions s’effrite, car le système international de gouvernance traverse actuellement une crise profonde de légitimité et de pertinence d’où la nécessité de renforcer la capacité du système international à agir de concert et à mettre en œuvre des solutions aux défis et menaces pressants, tels que la Covid-19 et le changement climatique», a expliqué le secrétaire général. Le thème cadre parfaitement avec la vision du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, dans son projet de société : «Notre Grand Mali Avance». Il a placé les questions relatives à la jeunesse, notamment le développement du capital humain, l’inclusion sociale, la mise en place de la Politique nationale de citoyenneté et du civisme, l’opérationnalisation du Service national des jeunes, le renforcement du dispositif du Volontariat national, entre autres, au cœur de son second mandat.
À ces actions, on peut ajouter les multiples engagements citoyens du Mouvement associatif/jeunes sous la conduite du Conseil national de la jeunesse (Cnj-Mali) et d’autres associations de jeunesse qui apportent des réponses aux nombreux défis de santé, éducation et environnement.
Amadou Diarra Yalcouyé a témoigné de sa reconnaissance aux partenaires techniques et financiers pour la mise en œuvre d’un vaste programme de sensibilisation, de communication et de distribution de masques, de kits sanitaires sur l’ensemble du territoire national. Il a salué l’esprit de créativité des jeunes, singulièrement l’utilisation des technologies dans le cadre de l’information sur la pandémie, axée sur les jeunes à travers les startups qui constituent des solutions efficaces dans cette lutte.
Au regard du contexte particulier de cette année, il a invité les jeunes à la consolidation de la paix, du vivre ensemble, de la cohésion sociale, la riposte contre le coronavirus et à une réflexion sur les nouvelles stratégies et politiques de développement de la jeunesse après la crise.
Selon lui, l’engagement des jeunes dans les mécanismes politiques formels accroit l’équité des processus politiques et contribue à la mise en place de politiques publiques meilleures et plus durables pouvant contribuer davantage à restaurer la confiance dans les institutions publiques.

 

Amadou SOW

Laisser une réponse