Journée mondiale de la radio : Faire de la radio un outil de paix et de cohésion

0
285

Le ministre Yaya Sangaré avec une animatrice de radio

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré hier à la Maison de la presse, la 9è édition de la Journée mondiale de la radio. C’était à la faveur d’une cérémonie organisée par l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (Urtel), en partenariat avec Studio Tamani. La journée a été célébrée sous le thème : «Promouvoir la diversité éditoriale et la diversité des programmes».
Placée sous la présidence du ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, l’événement a enregistré la présence des présidents de l’Urtel, Bandiougou Danté, de la Maison de la presse, Dramane Alou Koné, du patron de Studio Tamani, Martin Faye et du représentant de la Haute autorité de la communication (Hac), Sadou Yattara.
De nombreux confrères également présents. Rappelons que la Journée mondiale de la radio a été proclamée en 2011 par l’Unesco et adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies en 2012 en tant que Journée internationale célébrée le 13 février de chaque année.
Évoquant le thème choisi cette année, le président de l’Urtel s’est félicité de constater que nos rédactions reflètent la vivacité sociale, religieuse et linguistique de notre pays. «La diversité est cette valeur qui a longtemps caractérisé ce pays. Elle n’est pas le rejet de l’autre, elle n’est pas synonyme d’égocentrisme, d’isolationnisme ou de mépris de l’autre. Elle se veut esprit de tolérance, de complémentarité, de paix et de réconciliation», a-t-il défini. Le président de l’Urtel déplorera ensuite : «Ses fondements sont fortement ébranlés tant sur le plan national qu’international».
Bandiougou Danté n’a pas manqué de saluer le professionnalisme des journalistes et l’admiration du public pour certaines stations grâce aux commentaires des articles de presse.
Le patron de Studio Tamani ajoutera que la radio est un outil puissant pour célébrer l’humanité dans toute sa diversité. «Au niveau mondial, la radio reste le média le plus consommé. Cette capacité unique de toucher le public signifie que la radio peut façonner l’expérience de la société dans la diversité, être l’arène où toutes les voix peuvent s’exprimer, être représentées et entendues», a souligné Martin Faye, ajoutant que les radios doivent être capables, dans leurs organisations et leurs opérations, de refléter la diversité de leurs publics.
De son côté, le représentant de la Hac a indiqué que la radio offre à tous, quel que soit le niveau d’instruction ou d’aisance, la possibilité de suivre ce qui se dit à travers le monde et de participer au débat démocratique. Sadou Yattara a suggéré aux médias d’intégrer la dimension genre dans leur politique éditoriale, leur organisation et leurs pratiques.
En vue, selon lui, de l’instauration d’une information objective fondée sur une véritable égalité entre femmes et hommes.
Pour sa part, le ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement a salué le courage, l’engagement et le bénévolat des animateurs et producteurs des centaines de stations de radio de notre pays, ainsi que leurs auditeurs qui sont la cible et l’objet du métier de radiodiffuseur. Yaya Sangaré a rappelé que son département, avec l’accompagnement des ministères en charge de la Défense nationale, de la Sécurité et de l’Administration territoriale, travaille à établir des passerelles idéales de collaboration entre les Forces de défense et de sécurité, le commandement et les médias. Afin, a-t-il soutenu, d’aménager et de renforcer les espaces de collecte, de traitement et de diffusion de l’information juste, crédible et accessible au public. «C’est pourquoi, au niveau du département, nous plaçons cette 9è édition de la Journée mondiale de la radio sous le signe du soutien à nos Forces armées et de sécurité, a souligné le ministre parole-parole du gouvernement. «Faisons de nos radios des studios de production de messages qui tendent à répandre la tolérance et aider à surmonter nos différences, afin de fédérer les communautés autour de l’essentiel : la paix et le vivre ensemble», a plaidé le ministre Sangaré.
Il demandera ensuite aux radios et à leurs organisations faîtières, de bien vouloir animer des débats divers et variés sur la thématique des élections législatives annoncées et les autres consultations électorales décisives et nécessaires pour la stabilité de notre pays.
La cérémonie a pris fin par la remise de certificats à dix radios et à autant d’agents de radio.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse