Journée mondiale de l’aide humanitaire : APPEL À LA PROTECTION DES CIVILS

0
1482

Plusieurs personnalités étaient présentes à la rencontre


Chaque jour, les travailleurs humanitaires aident des millions de personnes à travers le monde. Mais ces travailleurs sont de plus en plus pris pour cibles, traités comme des menaces et empêchés d’apporter secours et soins à ceux qui en ont désespérément besoin. C’est pourquoi la journée mondiale de l’aide humanitaire a choisi comme thème :« les civils ne sont pas une cible» afin d’attirer l’attention sur les millions de civils touchés par les conflits armés chaque jour et pousser les dirigeants mondiaux à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger les civils dans les conflits.
Notre pays a commémoré, hier, la journée autour d’une conférence de presse à l’hôtel Kempesky. La conférence était animée par le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadoun Konaté, la coordinatrice humanitaire des Nations unies au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe et la cheffe du bureau OCHA Mali, Mme Ute Kollies.
Dans son intervention, le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire indiquera que cette journée doit être perçue comme un moment important pour non seulement avoir une pensée pour ces humanitaires mais également célébrer leurs efforts et actions qui visent à sauver des vies. Pour lui, le thème rappelle un principe sacro-saint qui veut que les civils soient épargnés de tout acte de violence lors des conflits. L’objectif est de faire cesser la souffrance et la peur endurées par eux dans les zones de conflits et d’insécurité.
En outre, Hamadoun Konaté soulignera que le rapport du secrétaire général des Nations unies sur la protection des civils indique qu’en 2017, plus de 26000 ont été tués ou blessés lors d’attaques dans certains pays affectés par des conflits. Des millions de civils éprouvent notamment des difficultés pour accéder aux vivres, à l’eau et aux abris.
Au Mali, environ 200.000 personnes sont déplacées dans les pays voisins à cause de l’insécurité. Dans le Nord et le Centre, l’insécurité limite l’accès aux services sociaux de base tels que la santé et l’éducation. De plus, les travailleurs humanitaires sont souvent la cible d’attaques perpétrées par des hommes armés.
Mais le ministre notera que malgré ce contexte sécuritaire, le gouvernement du Mali appuyé par des partenaires poursuit ses efforts pour améliorer la protection des civils. Hamadoun Konaté a invité toutes les parties prenantes au respect des principes qui protègent les civils dans les situations de conflits. Il a assuré que le gouvernement continuera de réserver une place importante à la réponse humanitaire tout en renforçant les initiatives pour la résilience des communautés vulnérables.
La coordinatrice humanitaire des Nations unies au Mali a, elle, lancé un appel à tous les acteurs en mesure de garantir la sécurité des civils et des humanitaires à prendre des mesures appropriées pour que ces derniers soient épargnés des violences affectant leur protection et le bon déroulement des opérations humanitaires. Ces violences, en plus d’affecter la quiétude des populations, détruisent tout ce qu’elles ont construit des années et les rendent plus vulnérables.
Pour Mme Mbaranga Gasarabwe, les civils y compris les humanitaires ne doivent pas être une cible dans les situations de conflit. Mais le constat est que dans ces pays, les civils et les personnels humanitaires et médicaux sur le terrain des opérations sont les premières victimes des violences. Et pourtant, explique Mme Mbaranga Gasarabwe, le droit international protège les civils dans les situations de conflits. Elle soutient que la majeure partie des violences enregistrées contre les travailleurs et les installations humanitaires au Mali relèvent de la criminalité et ne constituent pas d’attaques ciblées contre le mandat humanitaire des organisations.
Au total, 9 humanitaires ont été tués, 33 blessés et 7 autres kidnappés puis relâchés depuis octobre 2013. De plus, 133 véhicules (44 en 2017 et 23 du 1er janvier au 2 juillet 2018) d’acteurs humanitaires ont été volés à cette période.
Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse