Kayes et Bafoulabé : Hamed Diane Semega inspecte les chantiers de L’OMVS

0
262

Ces réalisations entrent dans le cadre du projet de construction de murs et de dalles
le long des berges pour maintenir l’eau dans le lit du fleuve, préserver l’environnement
et améliorer le cadre de vie des populations. Le coût est estimé à plus d’un milliard de Fcfa

Le Haut commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), l’ancien ministre malien Hamed Diane Semega, a effectué du 26 au 29 juin 2019 une tournée dans la région de Kayes pour s’imprégner de l’état d’avancement des travaux d’aménagement des berges du fleuve Sénégal. Il a aussi visité le chantier du barrage hydroélectrique de Gouïna et offert des dons aux villages qui ont été déplacés à cause de la construction dudit barrage. Dans le cercle de Bafoulabé, Hamed Diane Semega s’est rendu à Dibatoumania, à Kolondinkoye et au périmètre maraîcher de Kamankole. La tournée du Haut commissaire a débuté dans le cercle de Kayes, précisément dans le village de Darsalam, commune de Samé Diongoma, puis à Tamboncané, commune de Kemené Tambo. Dans ces localités, l’OMVS a, en partenariat avec l’Agence de développement rural de la vallée du Sénégal (ADRS), la Banque mondiale et l’entreprise citoyenne (NSMTP), initié un projet de construction de murs et de dalles le long des berges pour maintenir l’eau dans le lit du fleuve, préserver l’environnement et améliorer le cadre de vie des populations. Le coût de ces réalisations est estimé à plus d’un milliard de Fcfa. En effet, l’OMVS dispose de cinq sites dans le cercle de Kayes (Darsalam, Tamboncané, Bangassi, Somakidi-Village, Somakidi-Coura). De retour dans la Cité des rails, la délégation a aussi visité les étangs piscicoles, le marché à poissons, la direction régionale de la pêche et la mare de Samé-Oulof. Dans la journée du 27 juin 2019, Hamed Diane Semega et sa délégation se sont rendus à Dibatoumania et Kolondikoye (commune de Bafoulabé). Dans ce cercle, l’OMVS conduit des travaux qui portent essentiellement sur la réalisation des seuils rizicoles dans les bas-fonds des villages de Diallan, Kolondinkoye, Kabaya et Dibatoumania. Au niveau de chaque site, l’aménagement est constitué de plusieurs seuils en maçonnerie de moellons.
140 MÉGAWATTS- Evalué à 204,6 millions de Fcfa, le seuil de Dibatoumania (commune de Bafoulabé) couvre une superficie de 120,01 hectares. Les populations des villages bénéficiaires (Dibatoumania, Kolonguémou, Guankounterie, Karaga, Djikoye et Farako) sont estimées à 5 827 habitants. L’ouvrage de Kolondinkoye, Commune rurale de Tomora Oussoubidiagna), va profiter à 2 715 habitants. Il s’étend sur une superficie de 142,27 ha. Le coût du seuil est évalué à 206 911 552 Fcfa. Le périmètre irrigué villageois (PIV) de Kamankolé (commune de Bafoulabé) a aussi accueilli avec joie la délégation de l’Organisation de la mise en valeur du fleuve Sénégal. Ici, femmes et hommes s’adonnent au maraîchage et à la culture du maïs sur 140 ha. La superficie totale étant de 400 ha, les populations ont demandé à l’OMVS d’aménager le reste du périmètre. A Kamankolé, le visage de Hamed Diane Semega rayonnait de joie, contrairement aux étapes précédentes où tous les chantiers sont en retard à cause des problèmes d’ordre technique (augmentation du volume de travail, manque de ciment). Il a apprécié la bravoure des producteurs qui exploitent bien ces parcelles.
Samedi, le Haut commissaire de l’OMVS a bouclé sa tournée par l’étape de Gouïna, où un barrage hydroélectrique en chantier va produire 140 mégawatts d’électricité. Le coût du barrage est estimé à 400 millions de dollars. Le chantier est souvent affecté par des problèmes administratifs, une situation déplorée par le Haut commissaire qui s’est rendu à Foucara pour manifester la solidarité de l’OMVS, en remettant des médicaments et des chèques symboliques aux populations des villages déplacés.

MANQUE D’ENSEIGNANTS- L’OMVS a doté ce village nouvellement construit d’un CSCOM et d’une école qui compte actuellement six salles de classes qui pratiquent la double divison à cause du manque d’enseignants. Les populations ont apprécié ces ouvrages et les œuvres sociales (école, adduction d’eau et centre de santé) réalisées par le projet. Hamed Diane Semega et sa délégation se rendront dans d’autres localités des cercles de Kayes et de Bafoulabé. «Cette visite ne fait que nous réconforter. Dans le marché, il est prévu des activités qui ont déjà été exécutées. Mais, dans l’exécution de ces travaux, il y a eu de nouvelles tâches. A Darsalam et à Tamboncané, nous n’avons pas eu de problèmes à trouver des ouvriers. Les communautés doivent garder à l’esprit qu’en plus du travail, les ouvriers que nous recrutons dans leurs localités apprennent de nouvelles notions sur le terrain pour devenir des ouvriers qualifiés », a indiqué le directeur général de l’ADRS, Oumar Berthé.
«Nous demandons aux différentes entreprises de faire tout pour achever ces travaux qui ont accusé du retard. Dans certains cas, les délais ont été largement dépassés à plus de 100%. Il y a des améliorations à faire par rapport au dimensionnement des ouvrages qui seront confiés à un autre projet. Nous avons obtenu l’engagement des populations pour assurer l’entretien de ces ouvrages. Tous les acteurs concernés doivent s’impliquer pour que les délais soient respectés et éviter les frustrations», a dit Hamed Diane Semega, en invitant les acteurs à faire preuve de vigilance. Il a aussi demandé aux entreprises locales à bien travailler. Pour le Haut commissaire de l’OMVS, la réalisation des œuvres sociales (école, adduction d’eau, centre de santé) constitue un plus pour les populations locales. L’objectif de l’OMVS, a-t-il précisé, est de faire en sorte que ces joyaux puissent servir de catalyseur de développement.
L’OMVS compte quatre pays membres : Mali, Sénégal, Guinée, Mauritanie.
Bandé M.
SISSOKO
AMAP-Kayes

Laisser une réponse