Kayes : Le chef de l’État appelle au calme

0
583

Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit très affecté par les événements qui se sont produits, hier dans la Cité des rails. Il s’exprimait à l’issue de l’audience qu’il a accordée au nouveau président de l’Assemblée nationale et au Premier ministre

«Dieu seul sait combien ce qui s’est passé à Kayes nous a atteint au cœur». Cette phrase traduit parfaitement la peine éprouvée par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, après les événements qui se sont produits, hier à Kayes et qui ont coûté la vie à trois personnes (voir l’article de Bandé Moussa Sissoko).

Le chef de l’État s’exprimait, à l’issue de l’audience qu’il a accordée au nouveau président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné et au Premier ministre, Dr Boubou Cissé. La situation est d’autant plus regrettable, a souligné le locataire de Koulouba «que nous étions tous dans l’allégresse de la mise en place de notre nouvelle Assemblée nationale». Et sur ce plan, a témoigné le chef de l’État, Kayes avait merveilleusement donné le ton, en surmontant de fort belle manière tous les obstacles pour élire ses cinq représentants à l’Hémicycle.

«Cela avait été salué comme le signe d’une grande maturité et d’une promesse pour l’ensemble du Mali», a insisté le président de la République qui ne s’explique pas cette soudaine détérioration du climat social dans la première région administrative du pays. «Kayes qui nous avait réjoui» et qui pouvait prédire une chose pareille ?, s’est interrogé Ibrahim Boubacar Keïta qui a estimé que seule «la volonté divine est quelque part à l’œuvre dans tout ça». Il a alors exhorté les uns et les autres à s’en «remettre à cette volonté divine, d’essayer d’appeler à l’apaisement et d’y concourir, si possible».

Le président de la République a appelé aussi à la retenue ceux qui se sont donnés comme mission d’exciter les passions et les colères. «Qu’ils sachent qu’ils ne servent pas le pays et qu’ils ne sont pas non plus dans une mission conforme à ce qui est attendue d’un musulman en plein mois de ramadan». Et d’assurer que «tout ce qui concerne ce malheur sera su» et qu’il n’est dans «aucun projet du gouvernement de cacher quoi que ce soit».

L’audience d’hier s’est déroulée dans une atmosphère lourde

D’ores et déjà, a expliqué le chef de l’État, cet incident très malheureux a été le fait d’un policier qui n’était pas en mission. Et ce fait, qui a été singularisé, a été porté à la connaissance du procureur de la République qui a pris le dossier en charge et qui l’instruira selon les règles de l’art. Et «tout ce qui est dans ce dossier sera connu et sera porté à la connaissance non seulement de Kayes, mais aussi du Mali entier», a promis le président de la République. Pour lui, nul n’a intérêt aujourd’hui à vouloir mettre le feu au Mali et «nous sommes également sous l’empire du mois béni de ramadan qui, pour tout musulman, doit être un mois de mesure, de respect des valeurs cardinales de l’islam, à savoir la paix, la droiture et la vérité».

Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas manqué de dire l’empathie de tout le Mali à l’endroit de la population de Kayes, singulièrement des familles qui ont été endeuillées, auprès desquelles se rendront incessamment le Premier ministre, des membres du gouvernement et des députés de la région.
Précisons que les élus de Kayes étaient présents à la rencontre. Le nouveau président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, avait été reçu en audience, quelques minutes plus tôt, par le président de la République.

Il s’agissait d’un premier entretien entre le nouveau patron de l’institution parlementaire et le président de la République. L’occasion était opportune pour Moussa Timbiné de remercier le chef de l’État et d’évoquer les questions d’intérêt national, comme la lutte contre le Covid-19, la situation sécuritaire et les reformes politiques et institutionnelles en vue.

Aux termes de l’audience, le nouveau président de l’Assemblée nationale a confié avoir noté les orientations du chef de l’État par rapport à l’ensemble de ces préoccupations, afin de mieux répondre aux aspirations des populations. Concernant les événements survenus à Kayes, Moussa Timbiné a assuré que l’Assemblée nationale veillera à ce que toute la lumière soit faite sur ce qui s’est réellement passé.

Issa Dembélé

Laisser une réponse