Kayes : Les manifestants anti-couvre-feu ont été libérés

0
263

Le calme est revenu en début de semaine dans la Cité des rails qui était en proie à des manifestations de jeunes contre le couvre-feu. La médiation de Mamadou Sissoko, directeur régional de la jeunesse et des sports de Kayes, a bien réussi car, les personnes qui avaient été interpellées lors de ces manifestations, ont toutes été libérées le 5 mai 2020. Pour obtenir ces libérations, le nouveau directeur régional de la jeunesse et des sports de Kayes a, de son avis, eu recours au gouverneur et au procureur.
Lundi dans la soirée, le directeur Mamadou Sissoko s’était rendu, en personne, à la Tribune de l’indépendance, pour demander aux manifestants de mettre fin à leur mouvement de protestation. Il s’est notamment appuyé sur les responsables d’associations de jeunes et de femmes pour véhiculer des messages d’apaisement et de sensibilisation à l’endroit de ces gens.

C’est ainsi que Daouda Niang, secrétaire général du Conseil régional des jeunes de Kayes, Daouda Camara, président du conseil communal de la jeunesse et Mme Sarr Fatoumata Konaté, présidente des femmes leaders de Kayes ont tour à tour pris la parole pour adoucir la colère de leurs militants. Ces intervenants ont fait comprendre à leurs bases qu’on peut revendiquer sans pour autant détruire les lampadaires, les feux de signalisation et les routes embellissent la ville. Or, la jeunesse s’était battue pour le développement de la ville de Kayes. Bénéficiant de l’appui d’un partenaire, il a offert des kits sanitaires et de protection aux associations de jeunes et de la société civile.
Pour ces leaders, il y a eu trop de frustrations surtout qu’après l’instauration du couvre-feu dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le Covid-19, les populations ont attendu longtemps sans pour autant commencer à bénéficier des mesures d’accompagnement.

Le directeur régional de la jeunesse et des sports avait poursuivi ses visites de terrain pour appeler les manifestants au calme. Lundi et mardi, les policiers qui avaient reçu des renforts ont embarqué dans une quinzaine de véhicules pour poursuivre leur patrouille. En apercevant ce dispositif sécuritaire, les jeunes ne pouvaient que se sauver ou rester à la maison.
À Kayes N’Di et à ATT Bougou, on n’entendait que le vrombissement des moteurs. Les rues étaient vides. Le calme était revenu partout dans la ville de Kayes, n’eut été la marche organisée par le collectif «Blonba» de Kayes pour réclamer la réouverture des classes.

Bandé Moussa
SISSOKO
Amap-Kayes

Laisser une réponse