Kayes : Mobilisation pour éradiquer la rougeole

0
300

Le conseiller du gouverneur administre la dose de vaccin à un enfant

L’administration de la seconde dose du vaccin contre la rougeole contribue à renforcer l’immunité chez l’enfant

Le lancement de l’introduction de la seconde dose du vaccin contre la rougeole (VAR2) a eu lieu au service du Développement local de Kayes le 7 janvier 2020. La cérémonie était présidée par le conseiller aux Affaires économiques du gouverneur de la Région de Kayes, Adama Assagaidou Maiga, en présence du représentant du chef de bureau de zone UNICEF Kayes, Abdoulaye Konaté.
Il faut souligner que l’objectif d’élimination de la rougeole, d’ici 2020, a été fixé à moins d’un cas pour 1 million d’habitants aussi bien au niveau mondial qu’au niveau de la région africaine par les états membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont fait partie le Mali.
La lutte contre la rougeole dans notre pays se fait, d’une part à travers la vaccination de routine qui prévoit une dose de vaccin anti-rougeoleux à partir de 9 mois, et d’autre part à travers les activités de vaccination supplémentaires. La tranche d’âge d’administration de la seconde dose du vaccin contre la rougeole est de 15 à 23 mois. à ce niveau, l’intervalle minimal entre les 2 doses est d’un mois. L’objectif de couverture vaccinale est d’au moins 95% pour chaque dose (première et deuxième).

La VAR2 contribue à renforcer l’immunité chez l’enfant qui la reçoit. Il bénéficiera d’une visite de suivi au cours de sa deuxième année de vie. Il recevra également les antigènes manqués au cours de sa première année de vie. Cette campagne vise également à intégrer d’autres interventions de santé comme le suivi de la croissance, le déparasitage, la supplémentation en vitamine A, et à réduire le nombre de sujets susceptibles de faire la rougeole d’où la réduction de la transmission de la maladie chez la population. D’après le conseiller aux Affaires économiques du gouverneur de Kayes, la cérémonie s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan régional de communication et de mobilisation sociale sur l’introduction de la 2è dose du vaccin anti-rougeoleux dans le PEV (Programme élargi de vaccination) de routine. «Tout d’abord, je tiens à souligner que les maladies évitables par la vaccination demeurent un problème majeur de santé publique dans plusieurs pays en développement, dont le Mali. Le pays connaît régulièrement des épidémies dues à certaines maladies infectieuses telles que la rougeole. Depuis 2001, la rougeole fait partie d’une initiative mondiale dont les efforts ont permis une réduction du nombre de cas annuel», a indiqué Adama Assagaidou Maiga.
De son côté, le représentant du chef de bureau de zone UNICEF Kayes a plaidé en ces termes : « La rougeole est une maladie très contagieuse, classée parmi les principales causes de décès chez les enfants, surtout ceux de moins de 5 ans, dans le monde. L’UNICEF, en tant que partenaire, accompagne le gouvernement à travers le financement des activités de vaccination. Engageons-nous pour l’immunisation de nos enfants pour que vive un Mali sans rougeole».

Au cours des dix dernières années, le Mali a connu des épidémies de rougeole dont les plus remarquables ont été celles de 2009 et 2010 qui avaient respectivement occasionné 2.936 cas confirmés par le labo, dont 13 décès et 1.715 cas, dont trois décès. En 2018, notre pays a enregistré 440 cas confirmés de rougeole dont 3 décès.
«Nous remercions franchement l’UNICEF pour son appui technique et financier dans le combat quotidien que nous menons contre la rougeole en vue de contribuer à une meilleure couverture vaccinale des enfants dans le monde et plus particulièrement au Mali », a déclaré Mahamadou Diallo, le représentant du maire de la commune urbaine de Kayes.
Il a invité l’ensemble des autorités administratives et politiques, la société civile à s’impliquer davantage pour que tous les enfants, partout où ils se trouvent, puissent recevoir les deux doses du vaccin contre la rougeole.
à la fin de la cérémonie, les femmes, visiblement satisfaites du lancement de cette campagne, ont amené leurs enfants au Centre de santé de référence pour les faire vacciner. Parmi celles-ci, figure Mme Fatoumata Diallo qui venait d’accoucher, il y a une semaine.

Bandé Moussa
SISSOKO
Amap-Kayes

Laisser une réponse