Kénièba : LE PROJET SWEEDD A POUR SLOGAN «MON DÉFI : LE DEF»

0
394

Le Projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD) est une initiative conjointe du groupe de la Banque mondiale (BM) et des Nations Unies à la demande de 6 pays du Sahel (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali,  Mauritanie,  Niger et Tchad). Financé par la BM,  ce projet vise globalement à accélérer la transition démocratique à travers une bonne maîtrise des taux de fécondité et de mortalité infantile mais aussi à réaliser des objectifs plus larges. Ceux-ci consistent à déclencher le dividende démographique et la réduction des inégalités entre les sexes dans la région du Sahel.
Il renforce l’autonomisation des femmes et des adolescentes et leur accès à des services de qualité dans le domaine de la santé maternelle et de la reproduction et l’amélioration de la production et du partage des connaissances au niveau des régions sélectionnées. Le Centre d’animation pédagogique (CAP) de Kénièba,  à travers les communes rurales de Guéné-Goré, Kassama et Kénièba, est bénéficiaire de ce projet. D’une durée de 30 mois, sa mise en œuvre permettra de lutter contre l’abandon scolaire des jeunes filles dans le cercle avec le slogan : «Mon défi : le DEF».
Le choix de ces trois communes se justifie par l’existence à leur sein de pratiques néfastes à la scolarisation des filles,  notamment les mariages des enfants,   les grossesses et violences basées sur le genre (VBG), des facteurs qui occasionnent non seulement le faible rendement scolaire des filles  mais aussi les abandons. Ce phénomène s’accentue surtout au niveau de l’enseignement fondamental.
Du 25 au 27 mai dernier,  le Projet SWEDD,  en partenariat avec L’ONG FANDEEMA, a organisé un atelier de formation à l’intention des enseignants et des conseillers pédagogiques sur le genre, les violences basées sur le genre et la santé de la reproduction (SR). Les objectifs de cet atelier étaient de renforcer les capacités des enseignants et des conseillers pédagogiques dans le domaine du genre en vue de contribuer à réduire les violences basées sur le genre, les grossesses précoces dans les écoles couvertes par le projet dans les communes de Guéné-Goré,  Kassama,  et Kénièba. Amener les enseignants et conseillers pédagogiques à informer et sensibiliser les élèves, en particulier les filles sur le genre, les violences basées sur le genre  et la santé de la reproduction, doter les élèves filles,  des connaissances et compétences sur la santé de la reproduction en réduisant sinon en évitant de facto les grossesses en milieu scolaire sont aussi des objectifs du programme.
Dans son intervention, le directeur adjoint du CAP a félicité les participants pour leur assiduité, avant de les inviter à être des références à leurs niveaux respectifs et à restituer fidèlement ce qu’ils ont appris.
Moussa Fasséga
Sissoko
AMAP Kénièba

Laisser une réponse