Kéniéba : Le projet USAID encourage la scolarisation des filles

0
181

Le projet USAID-MALI, intitulé « Leadership et autonomisation des filles à travers l’éducation », a remis des kits scolaires, des vélos, des machines à coudre et des actes de naissance aux apprenantes des Centres de scolarisation accélérée (CSA) le mercredi 9 février 2020, dans la cour du Centre d’animation pédagogique (CAP) de Kéniéba. La cérémonie s’est tenue sous la présidence du préfet du Cercle, Idrissa Koné.
Dans le but d’accroître les revenus de la population, le Mali a élaboré des directives et stratégies nationales de scolarisation des filles et de lutte contre les violences basées sur le genre avec l’appui de ses partenaires. C’est dans cette perspective que l’USAID, dans sa lutte pour la scolarisation en général et celle des filles en particulier, a financé ce projet GLEE à hauteur de 23,9 millions de dollars US, soit 13,145 milliards de Fcfa, pour une durée de trois ans extensible à deux années supplémentaires. Le projet envisage d’atteindre 57.707 filles de la tranche d’âge comprise entre 10 et 18 ans reparties entre 272 écoles de sept Centres d’animation pédagogique (CAP) des Régions de Kayes (Kayes Rive Droite, Kayes Rive Gauche et Kéniéba) et Mopti (Sangha, Bankass, Douentza et Bandiangara). Il vise à diminuer les barrières principales des adolescentes pour accéder à une éducation de qualité, améliorer la sécurité des adolescentes dans les écoles et leurs communautés et accroître les connaissances et l’adoption de comportements positifs en matière de santé chez les adolescentes.
La cérémonie de remise des kits vise à encourager les parents à inscrire leurs enfants aux CSA, à encourager les adolescentes vulnérables à pouvoir continuer les études malgré les distances. Il concerne d’autres filles de la tranche d’âge comprise entre 10 et 14 ans à s’inscrire et rester dans les CSA. Quant aux cibles indirectes, ce sont toutes les personnes qui vont recevoir des messages de sensibilisation, d’information sur l’importance de la scolarisation et le maintien des filles à l’école.
Moussa Fasséga
SISSOKO
Amap-Kéniéba

Laisser une réponse